Tête d'affiche

Odette Simard : une bénévole d’exception

Dès l’âge de 15 ans, Odette Simard a commencé à faire du bénévolat comme monitrice de terrain de jeu à Buckingham. Et toute sa vie, même pendant ses 38 ans passés dans la fonction publique fédérale, elle n’a jamais cessé de donner de son temps pour améliorer la qualité de vie des personnes de sa communauté, notamment en siégeant au sein de nombreux conseils d’administration de divers organismes professionnels, philanthropiques et de bienfaisance de la région de l’Outaouais.

L’engagement bénévole exceptionnel d’Odette Simard a été souligné lors d’une cérémonie au Salon bleu du parlement de Québec en présence de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais.

Tête d'affiche

Le dévouement indéfectible de Trèva Cousineau

Au cours des dernières décennies, Trèva Cousineau, d’Orléans, a été à la tête de nombreux conseils et comités pour faire avancer la cause des francophones de l’Ontario. Son engagement indéfectible vient d’être reconnu par le gouvernement ontarien qui l’a honorée récemment en lui décernant le Prix d’excellence de l’Ontario pour les personnes âgées. La distinction lui a été remise par la lieutenante-gouverneure de l’Ontario, Elizabeth Dowdeswell, et du ministre des Aîné(e)s et de l’Accessibilité, Raymond Cho.

Enseignante et diététiste au début de sa carrière, elle est retournée au travail après avoir élevé sa famille de six enfants.

Tête d'affiche

Michel Careau: l’ultramarathonien de fer

Lorsque l’ultramarathonien hullois Michel Careau a commencé à faire de la course, il était loin de se douter que ses souliers allaient ainsi beaucoup, beaucoup voyager.

Des milliers et milliers de kilomètres plus tard, la longue et brillante carrière de cet athlète hullois d’élite nous est racontée dans Chroniques d’un ultramarathonien : Michel Careau, un livre de plus de 450 pages, écrit par Jean-Claude Trottier, et publié par le Musée des sports de Gatineau. Le lancement a eu lieu récemment à la Maison du citoyen, en présence de nombreux parents et amis. 

« J’ai eu deux carrières. Une comme diplomate, le jour. Et une autre, la nuit, alors que j’allais m’entraîner. »

Michel Careau

Né à Québec en 1940, Michel Careau est arrivé à Ottawa en 1967, puis déménage à Hull en 1982. Diplômé de l’Université Laval, il entreprend en 1967 une carrière diplomatique. 

Après avoir longtemps été directeur des affaires internationales à Santé et Bien-être social Canada, il va travailler comme diplomate dans de nombreux pays comme la Colombie, l’Équateur, les États-Unis, ainsi qu’à Panama, la Côte d’Ivoire, le Maroc, la Suisse, l’Angleterre et le Sénégal. 

C’est pendant un de ses séjours à l’étranger, en 1981, qu’il commence à faire de la course à pied et des ultramarathons. La course à pied ne demandait pas beaucoup d’équipement, et il pouvait s’entraîner régulièrement lors de ses nombreux déplacements, a-t-il expliqué.  

« J’ai eu deux carrières. Une comme diplomate, le jour. Et une autre, la nuit, alors que j’allais m’entraîner », raconte M. Careau, qui fêtera ses 80 ans l’an prochain. 

Il a tenu à saluer la patience de son épouse Louise, qui l’a appuyé malgré ses longues périodes d’entraînement et de compétitions, et lors de ses réussites et des déceptions après les courses auxquelles il a participé un peu partout dans le monde, dans des conditions météorologiques souvent pénibles, et qui l’ont souvent mis durement à l’épreuve. 

Première course chronométrée en 1981

C’est à Chavagnes en Paillers, en France, en mai 1981, que tout a vraiment commencé. 

« Tout à fait par hasard, il appert qu’à Chavagnes en Paillers, je prends connaissance de l’existence d’une course de 10,8 kilomètres. Ce sera ma première course chronométrée (01:05:00) à vie », relate M. Careau.  

La suite est incroyable alors que l’homme de fer participera à plus de 67 ultramarathons (des courses plus longues que les 42,195 km d’un marathon), et une multitude de courses dont plusieurs non officielles à des fins de charité. 

Parmi ses nombreux honneurs, Michel Careau a ainsi remporté la première place lors d’une course le 7 novembre 1986 à Flushing Meadow, New York, franchissant la distance de 413 milles et 367 verges en 144 heures (six jours). Il s’agit d’un des records canadiens qu’il a fracassés, un autre étant celui d’un 48 heures à 171 milles.  

« L’ultramarathon est un sport assez marginal, pour des raisons assez évidentes : malgré une performance de 552 km, l’an dernier, j’avais dû me contenter d’une deuxième place. Les ultramarathoniens courent, joggent et marchent pendant la quasi-totalité des cinq jours, s’accordant en moyenne trois ou quatre heures de sommeil quotidien », raconte-t-il. Son livre est truffé de statistiques, de photos, d’anecdotes, de poèmes et de notes manuscrites racontant sa longue traversée incroyable qui a inspiré plusieurs athlètes d’ici et d’ailleurs.  

En 1998, alors qu’il se prépare pour une course de 48 heures à Surgères en France, on lui diagnostique une sténose aortique. Il est opéré à l’Institut de cardiologie en avril 1998 grâce à un don d’organes. Aujourd’hui, il s’entraîne toujours et fait encore de la course, mais plus d’ultramarathon, bien qu’il compte bien en refaire, selon ce qui est raconté dans son livre.  

Michel Careau, un homme persévérant et inspirant, encore et pour longtemps. 

Tête d'affiche

Capter l’énergie du vivant

Chaque semaine, Le Droit rencontre une personne afin de souligner une réalisation exceptionnelle ou une contribution significative à la vie ou au rayonnement de la région. Vous connaissez une personne qui mérite d’être notre tête d’affiche, écrivez-nous à nouvelles@ledroit.com.

Marie-Jeanne Musiol, artiste photographe reconnue internationalement, a reçu récemment le prestigieux prix Hommage remis par la Ville de Gatineau pour son apport remarquable à la communauté artistique. Le prix lui a été remis récemment lors des Culturiades tenues à Zibi, gala au cours duquel plusieurs artistes et organismes de la région ont été récompensés.

Lors de l’hommage qui lui a été rendu, on a rappelé qu’après s’être tournée vers la mémoire des sites, les installations photographiques de l’artiste explorent maintenant les phénomènes de nature énergétique. La « botanique énergétique » qu’elle réalise a depuis fait l’objet de nombreuses expositions en galeries ici, en Europe et Asie.

Tête d'affiche

La réalité d’être minoritaire

L’avocat Mark Power d’Ottawa vient de recevoir le prix Bastarache-Charron, remis chaque année pour souligner le travail d’un membre de la communauté juridique francophone par l’Université d’Ottawa (Ud’O).

Alors qu’il se trouvait sur les bancs d’école, Mark Power a vécu la réalité d’un grand nombre d’étudiants francophones vivant en situation minoritaire.

Tête d'affiche

Michel Normandeau a pleuré avec les autres

Pour un instant, les sept membres du groupe Harmonium ont accepté de recréer ce moment inoubliable de leur réunion, une première en 40 ans, lors de cet hommage que leur a rendu récemment l’ADISQ à la Place des arts.

Une fois sur la scène, ils ont tous pleuré, versant des larmes devant ce tsunami d’amour qu’ils ont reçu ce soir-là. Soirée qu’ils n’oublieront pas de sitôt.

Tête d'affiche

Dave Blackburn: guider les vétérans vers de l'aide psychologique

Le professeur Dave Blackburn, du Département de travail social de l’Université du Québec en Outaouais (UQO), vient de se voir confier un important projet de recherche visant à répertorier les services et les programmes en santé mentale disponibles au Québec pour les familles de militaires et les vétérans des Forces canadiennes.

« Nous avons répondu à un appel d’offres le printemps dernier, et notre proposition a été retenue. L’enquête vise à répertorier les services offerts en santé mentale aux vétérans, militaires et leurs familles au Québec, et est axée sur la population francophone », a expliqué le professeur Blackburn.

Têtes d'affiche

Éliza Hupé et Diane Lehnert, deux grandes bénévoles dans l’âme

Depuis qu’elles ont commencé à faire du bénévolat, Éliza Hupé et Diane Lehnert ont toujours été motivées par la volonté de faire une différence en aidant les autres.

Et c’est avec beaucoup d’humilité qu’elles ont accepté récemment la médaille du Souverain, remise pour leur travail de bénévoles, auprès du service de police de Gatineau.

Tête d'affiche

Une carrière consacrée à protéger les enfants

Spécialiste mondialement reconnue pour l’aide qu’elle apporte aux enfants souffrant des conséquences de la guerre, Tanya Zayed, vient d’être honorée par l’université Saint-Paul, qui lui a décerné le Prix de la diplômée de l’année 2017-2018.

Mme Zayed a obtenu en 2008 une maîtrise en études de conflits de l’université Saint-Paul et est devenue depuis une référence incontournable dans le domaine de la protection de l’enfance.

Tête d'affiche

La passion contagieuse de Marc Foucault pour le golf

Marc Foucault vient de remporter le prix du Professionnel de l’année de la PGA du Canada pour la région d’Ottawa et Gatineau.

S’il avait déjà été nommé à cinq ou six reprises, c’est la toute première fois qu’il remporte ce prix qui reconnaît non seulement ses performances sur le terrain, mais aussi son implication dans la communauté. Choisi parmi les 150 professionnels de la région, il aura maintenant une chance de remporter le titre de Pro de l’année de la PGA Canada lors du prochain gala annuel en novembre prochain à Toronto.