Des passagers ont partagé des images de l'intérieur de l'avion lundi soir sur les médias sociaux.

Passagers plus de cinq heures dans un avion : Air Transat s'explique

Air Transat s'est expliqué mardi matin, après que les passagers d'un vol Bruxelles-Montréal aient dû passer plus de cinq heures, la veille, dans un avion immobilisé sur le tarmac de l'aéroport d'Ottawa.
La compagnie aérienne confirme dans une réponse écrite que des orages violents ont forcé le détournement de certains vols en direction de Montréal. Dans le cas du vol TS157, l'appareil avec 336 passagers à bord a été redirigé vers Ottawa en fin d'après-midi alors qu'il devait se poser à Montréal. Air Transat précise que d'autres compagnies aériennes ont dû prendre la même décision.
L'achalandage inattendu à l'aéroport d'Ottawa, selon Air Transat, a fait en sorte que des passerelles n'ont pu être fournies par le personnel de l'aéroport afin de permettre aux passagers de quitter l'avion ou encore de les ravitailler en eau potable.
Ces délais ont également eu un impact sur le ravitaillement en carburant de l'avion, ce qui explique l'absence de climatisation à bord, poursuit une porte-parole de l'entreprise qui assure que l'entreprise est « sincèrement désolée des inconvénients » que cette « situation hors de notre contrôle » a causé à ses passagers.
Plusieurs voyageurs se sont plaints sur les réseaux sociaux de manquer d'air, de ne pouvoir sortir de l'appareil et que de l'eau et de la nourriture n'étaient pas à leur disposition.
« Pourquoi nous avoir gardés dans l'avion plus de cinq heures au lieu de nous débarquer? Nous y sommes encore!! Question d'$?!? », a écrit Maryanne Zéhil sur Twitter.
« Nous étouffons dans l'avion. C'est une vraie joke! », a-t-elle ajouté dans un micromessage subséquent.
L'aéroport d'Ottawa s'est dit désolé de cette situation, lundi soir.
« Il en revient à la compagnie d'aviation de déterminer si elle évacue l'avion ou si elle attend, lorsqu'un appareil est détourné », a toutefois précisé l'aéroport sur le réseau social.
Les passagers se sont plaints de n'avoir reçu que peu d'information sur la situation.
Une personne a été traitée pour un malaise à l'intérieur de l'appareil, ont indiqué les services paramédicaux d'Ottawa.
Un superviseur a expliqué au Droit, lundi soir, que l'aéroport d'Ottawa était bien placé pour recevoir autant d'avions, entre les villes de Toronto et de Montréal, où la météo était trop imprévisible en fin de journée.