Cet été, on a assisté à une véritable ruée vers les piscines, à tel point que les acheteurs devront attendre à l’an prochain pour avoir leur nouveau plan d’eau.
Cet été, on a assisté à une véritable ruée vers les piscines, à tel point que les acheteurs devront attendre à l’an prochain pour avoir leur nouveau plan d’eau.

Pas de piscines avant 2021 en Outaouais

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Les résidents de l’Outaouais qui désirent se procurer une piscine pour se rafraîchir devront patienter jusqu’à l’année prochaine.

Alors que l’été 2020 est marqué par de nombreuses vagues de chaleur et des consignes sanitaires strictes, les gens ont dû se tourner vers leur cour arrière pour profiter du beau temps. Une véritable ruée vers les piscines s’est alors amorcée.

« On est au point où on n’a plus de piscine en inventaire. Il y a eu beaucoup de demandes, notre stock s’est vendu vraiment rapidement », indique le propriétaire de Piscines Bleu-Marin, Daniel Marin.

« Si on veut recommander des piscines, les fournisseurs ne peuvent pas nous en envoyer avant la fin septembre, début octobre, si ce n’est pas plus. Si les gens veulent commander, ils peuvent le faire, mais l’installation n’ira pas avant le printemps prochain au plus tôt. »

Même son de cloche du côté de Maître Piscinier Hull-Aylmer, situé sur le chemin Pink à Gatineau. La nouvelle entreprise, qui a démarré ses activités durant la pandémie de COVID-19, ne pourra pas procéder à l’installation de nouvelles piscines avant le printemps 2021.

« On fait des réservations pour 2021 en ce moment. Je n’aurai pas d’autres piscines avant la fin de la saison », lance le propriétaire de l’entreprise gatinoise, Martin Contant. « Il y a une grosse pénurie de matériaux qui engendre des problèmes au niveau de la production chez les manufacturiers. Il y a des pénuries au niveau de toutes les composantes, c’est vraiment difficile d’avoir le matériel cette année à cause de la pandémie. »

Le propriétaire de Maître Piscinier Hull-Aylmer, Martin Contant.

Faste début de saison

Même si les activités des vendeurs de piscines de la région sont au ralenti, le début de saison aura été assez occupé pour permettre de compenser une partie des pertes engendrées par le manque de matériel.

« Les ventes sont au-delà de nos prédictions », souligne M. Contant. « Il y a eu beaucoup de vente cette année due au fait que les gens ont voulu investir dans le confort à la maison à cause du confinement. Le volume des ventes est arrivé beaucoup plus rapidement, donc ç’a été beaucoup plus intense comme début de saison. »

Chez Piscines Bleu-Marin, ce fructueux début de saison n’aura duré que quelque temps. « Tout le monde était intéressé à acheter une piscine. Oui, ç’a été profitable comme début de saison, mais je dirais qu’en deux semaines, mon entrepôt était vide », explique M. Marin.

Même si le haut débit de vente en mai et en juin aura permis de remplir les coffres des détaillants de piscine de la région, la pénurie qui paralyse présentement l’industrie a tout de même un impact sur le chiffre d’affaires de ces entreprises.

« Si on ne peut pas vendre de piscine, on ne peut pas faire d’installations. On paye aussi pour des entrepôts vides, donc c’est sur que ça a un impact financier important », détaille M. Marin.

De son côté, M. Contant se dit satisfait des ventes du début de saison, mais affirme que si l’industrie avait été capable de fournir, le débit élevé de vente aurait pu se poursuivre tout l’été. « Malheureusement, on doit se restreindre avec ce qui est disponible dans le marché », déplore-t-il.