Désormais, une voiture stationnée le long d’une rue pourrait dès lors être remorquée aux frais du propriétaire.

Pas de passe-droit pour les résidents

La municipalité de La Nation risque d’être moins indulgente envers les automobilistes qui se stationnent le long des rues cet hiver.

La municipalité compte s’attaquer au problème après avoir reçu plusieurs plaintes durant les dernières années en raison de congestion dans les rues notamment dans les secteurs plus urbains tels que Limoges.

« Ce qui arrive, c’est que dans les secteurs plus résidentiels, les maisons sont trop près de la rue ce qui limite l’espace de stationnement donc, les gens se stationnent dans la rue même l’hiver », précise le maire de La Nation, François St-Amour. 

Au cours des dernières années, en raison de son caractère rural, la municipalité s’abstenait d’appliquer son règlement notamment en ce qui a trait au stationnement l’hiver. 

« On comprend que parce qu’on est dans une municipalité où il n’y a pas de transport en commun, les gens ont souvent besoin de plus d’une voiture et souvent même trois voitures pour se déplacer. Mais il faut que les gens utilisent leur espace plus judicieusement », explique François St-Amour. Celui-ci ajoute également que les garages sont souvent utilisés comme espace de rangement plutôt qu’un abri pour les voitures. 

Actuellement le règlement municipal interdit le stationnement le long des rues de 23 h à 7 h du 1er décembre au 1er avril. Le stationnement est également interdit lors des opérations de déneigement. 

« On reçoit des plaintes parce que les chemins ne sont pas déblayés comme il faut et souvent c’est parce que la charrue ne peut pas circuler », souligne le maire. 

Désormais, une voiture stationnée le long d’une rue pourrait dès lors être remorquée aux frais du propriétaire. Dans le cas de multiples voitures, la route ne sera tout simplement pas déblayée. 

« Il y en a peut-être qui ne seront pas contents lorsqu’on va appliquer le règlement pleinement, mais ça sera égal pour tout le monde », précise M. St-Amour.