La Franco-Ontarienne Yvette Ashiri est de la course afin de remplacer Stephen Blais et devenir conseillère du quartier Cumberland.
La Franco-Ontarienne Yvette Ashiri est de la course afin de remplacer Stephen Blais et devenir conseillère du quartier Cumberland.

Partielle dans Cumberland: Yvette Ashiri, une fière francophone

La Franco-Ontarienne Yvette Ashiri est de la course afin de remplacer Stephen Blais et devenir conseillère du quartier Cumberland.

Après avoir notamment siégé au comité de gouvernance de l’hôpital Montfort et au conseil d’administration du collège La Cité, Mme Ashiri souhaite maintenant représenter le quartier où elle réside depuis une dizaine d’années.

«Je crois que les forces et l’expérience que j’ai acquises sont des choses importantes que je veux amener à mon quartier», soutient la candidate.


« Si je veux aller plus vite en ce moment, je dois faire ma demande en anglais. Les services en français ne sont pas assez rapides, comme s’il n’y avait pas assez d’employés francophones. »
Yvette Ashiri

Yvette Ashiri entend plaider pour une amélioration des services en français à la Ville d’Ottawa. Elle estime que l’enjeu n’est plus nécessairement d’ajouter de nouveaux services en français, mais bien d’obtenir un service équivalent que celui obtenu par les anglophones.

«Si je veux aller plus vite en ce moment, je dois faire ma demande en anglais. Les services en français ne sont pas assez rapides, comme s’il n’y avait pas assez d’employés francophones», déplore Mme Ashiri.

Développement économique

En entrevue avec Le Droit, la candidate franco-ontarienne insiste sur l’importance d’investir dans les programmes d’équité sociale, la sécurité pour tous les usagers de la route et la création d’opportunité de travail et de bénévolat pour les jeunes résidents d’Ottawa.

Yvette Ashiri souligne également la nécessité de créer davantage d’emplois à Cumberland et ailleurs dans l’est de la capitale fédérale.

«Actuellement, beaucoup d’opportunités d’emplois sont à l’ouest. Ici, à Orléans par exemple, les occasions sont très peu nombreuses. Je veux contribuer à créer des opportunités d’affaires innovatrices ici», soutient Mme Ashiri.