Participation aux activités domestiques: la «tendance lourde» se poursuit

Les Québécoises «continuent de consacrer plus de temps aux activités domestiques» que les hommes, révèlent des données de l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Le plus récent bulletin Coup d’oeil sociodémographique de l’ISQ souligne que «les données de 2015 corroborent la tendance lourde, dégagée à partir de données québécoises d’années antérieures [...], selon laquelle les hommes consacrent plus de temps aux activités professionnelles, et les femmes plus de temps aux activités domestiques».

Ces données montrent qu’en en 2015, 93,7% des Québécoises âgées entre 25 et 64 ans ont participé aux activités domestiques, et celles qui le font y ont consacré en moyenne 4h02 «au cours d’une journée représentative d’une semaine».

Chez les hommes du même groupe d’âge, le taux de participation aux activités domestiques s’est établi à 83,3%, avec une durée moyenne de 3h10 par jour, soit 52 minutes de moins que les femmes.

L’ISQ précise que ces activités correspondent aux tâches domestiques, aux soins accordés à un enfant ou à un adulte (du ménage ou hors ménage) et au magasinage de biens ou de services.

Le scénario inverse est observé dans l’exercice des activités professionnelles. Toujours chez les 25 à 64 ans, les hommes qui travaillent, qui cherchent un emploi ou qui étudient y ont en moyenne consacré 8h06 par jour, comparativement à 7h12 pour les femmes, ce qui représente un écart de 54 minutes.

Une différence est également observée chez les parents. L’ISQ indique en effet que «parmi les parents effectuant au moins 40 heures de travail rémunéré par semaine, les mères continuent d’investir une part significativement plus élevée de la journée dans les activités domestiques, soit 13,9% contre 10,1%, bien qu’on ne constate plus d’écart significatif en ce qui concerne les parts accordées aux activités professionnelles».

Les parents occupés

Sans trop de surprise, «c’est parmi les personnes exerçant le rôle de parent que [les activités domestiques] mobilisent le plus de temps», souligne le bulletin de l’ISQ, qui se base sur les données de l’Enquête sociale générale de Statistique Canada.

C’est particulièrement le cas pour les parents dont le plus jeune enfant est d’âge préscolaire. En moyenne, les mères dont l’enfant le plus jeune est âgé de moins de 5 ans consacrent aux activités domestiques «un total de 5h20 au cours d’une journée représentative d’une semaine, contre 3h56 pour les pères».

Lorsque le plus jeune enfant a au moins 5 ans, le temps accordé à ces activités se situe à 3h50 par jour pour les mères, et à 2h55 pour les pères.

Chez la population âgée de 65 ans et plus, le temps professionnel est «plus rare», mais l’ISQ «note quand même qu’il est plus élevé chez les hommes de cet âge [...], ce qui s’explique plutôt par un taux de participation accru» aux activités de cet ordre. 

Les femmes aînées accordent de leur côté une plus grosse part de leur journée aux activités domestiques.