Parents-Secours cesse ses activités

Bryan Michaud
Le Droit
L'organisme Parents-Secours cesse ses activités à Ottawa et à Gatineau dû à un problème de recrutement de bénévole.
Parents-Secours est un organisme canadien à but non lucratif qui assure la sécurité et la protection des enfants et des aînés en offrant un réseau de foyers-refuges sécuritaires tout en contribuant à promouvoir la prévention par l'information et l'éducation.
« C'est vraiment dommage, les gens pensent qu'ils n'ont pas assez de temps à donner, dit Manon Bourbeau, la directrice-générale de la section Québec de Parents-Secours. Ça ne paie pas et les citoyens ne voient peut-être pas la pertinence de s'impliquer. »
Le programme était sur le point de disparaître de Gatineau en 2002, mais il a été remis sur les rails en 2004. Parents-Secours n'a pas su profiter de cette deuxième chance pour se donner un second souffle. Pourtant, en 2000, près de 3 500 foyers de l'Outaouais possédaient un insigne de l'organisation.
Même problème à Ottawa
À Ottawa, la même décision a été prise par Parents-Secours et le Service de police d'Ottawa (SPO), qui épaulait l'organisation.
Seulement 79 foyers de la capitale fédérale s'impliquaient dans le programme.
« Nous sommes très déçus, car nous avons mis beaucoup d'efforts à recruter des bénévoles lors de la dernière année, dit la présidente de la section Ontario de Parents-Secours, Marg Rooke. La situation est la même partout au Canada. Toronto n'a pas de programme et, depuis deux ans, nous l'avons arrêté dans plusieurs villes ontariennes. »
Mme Rooke affirme que Parents-Secours concocte un programme de marketing pour mieux faire connaître l'organisation auprès du public.
« Nous espérons retourner à Ottawa, souhaite Mme Rooke. Nous tenterons d'attirer l'attention des médias. On espère que le support de la communauté pour notre programme augmentera. »
De son côté, le SPO dit être ouvert à écouter les citoyens ayant des propositions à lui formuler pour implanter un programme du même genre.
Par contre, le SPO mise sur six programmes communautaires et n'a pas l'intention d'initier de son propre chef un autre projet de refuge pour les enfants.