Le maire Jim Watson est «déçu» des retards dans les travaux du train léger.

Watson se dit «déçu» du retard dans les travaux du train léger

Bien que la déception était visible, le maire d’Ottawa rappelle qu’il est courant de voir des projets d’envergure comme celui du train léger accuser du retard sur un échéancier fixé depuis plusieurs années.

« Parmi tous les grands projets de transport en Amérique du Nord, seulement quelques-uns ont respecté l’échéancier qui a été déterminé cinq ou six ans en avance. Pensez à Toronto, Hamilton, Brampton ou Kitchener et Waterloo, ils sont ou ont été en retard. Ce n’est pas une excuse, mais une réalité, confie Jim Watson. C’est clair que je suis déçu. Mais je pense que c’était important que le PDG prenne la responsabilité de nous dire face à face qu’il pense être en mesure de respecter l’échéancier. Il prend la responsabilité parce qu’il comprend qu’il aura une pénalité d’un million de dollars s’il ne livre pas le 31 mars et le compteur continue de tourner pour les coûts encourus depuis les délais », a confié Jim Watson au terme d’une rencontre du Comité des finances et du développement économique où le président-directeur général du Groupe de Transport Rideau (RTG), Peter Lauch, est venu s’adresser aux élus.

Basé sur l’analyse de la Ville et sur la charge de travail qu’il reste à faire, le directeur général d’OC Transpo ne se range pas derrière M. Lauch. John Manconi se dit « très sceptique » quant à la possibilité de recevoir les clés de la Ligne de la Confédération le 31 mars. Watson se range derrière les propos de ce dernier, ajoutant que la Ville n’acceptera rien de moins qu’un système complet et sécuritaire à 100 %.

En attendant que le train soit sur les rails, le statu quo se poursuivra pour les usagers du transport en commun qui doivent conjuguer avec des retards, des détours et des changements de parcours depuis plusieurs mois. « Je suis conscient de tous les changements qu’ont vécus les usagers au cours des dernières années. Je comprends leur frustration », soutient M. Manconi, ajoutant qu’il y a un prix à la fin de ce périple, soit un système à la fine pointe.

Phase 2

En prévision de la phase deux, le maire assure avoir reçu des nouvelles rassurantes de Queen’s Park.

La municipalité attend la signature d’un contrat avec la province afin de confirmer le financement de cette dernière.

« J’ai parlé avec des députés et des fonctionnaires et ils m’ont dit que la province est à 100 % pour leur tiers du contrat de la deuxième étape », affirme-t-il, ajoutant qu’il a un appel de prévu avec l’équipe du premier ministre Doug Ford cette semaine.

Il concède que des leçons seront acquises lors des travaux de la phase 2.

« M. Manconi va gérer ces dossiers en matière de ce qu’on peut améliorer pour la phase 2. C’était nouveau pour nous de construire un système de cette ampleur. Une grande partie s’est bien déroulée », souligne le premier magistrat.

+

VISITE VIRTUELLE

Les usagers du transport en commun à Ottawa peuvent commencer à se familiariser avec le train léger sur rail. 

Un site internet permet de faire une visite virtuelle de 360 degrés de la station Lyon. 

À l’aide d’un téléphone intelligent ou d’un ordinateur vous pouvez observer la station sous tous ses angles et parcourir les étages, passer les portillons d’accès, visiter les quais d’embarquement et plus encore. 

La visite peut se faire à partir du site web d’OC Transpo.