Le maire d'Ottawa, Jim Watson
Le maire d'Ottawa, Jim Watson

Watson réaffirme sa «pleine confiance» envers le système judiciaire

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Le maire d’Ottawa Jim Watson a réaffirmé sa confiance envers le système judiciaire et ses policiers, quelques heures après l’acquittement de l’agent Daniel Montsion.

«Aujourd’hui est une journée difficile et chargée en émotions pour notre ville et pour beaucoup de nos résidents», a écrit le premier magistrat mardi après-midi.

M. Watson a répété ses condoléances à la famille d’Abdirahman Abdi, mort à la suite d’une intervention policière musclée le 24 juillet 2016 dans le quartier Hintonburg.

À LIRE AUSSI : Le policier Montsion acquitté

La famille du défunt s’est dite «dévastée» par l’acquittement du policier par le juge Robert Kelly, de la Cour de l’Ontario.

Daniel Montsion a été blanchi sur toute la ligne. Il était accusé d’homicide involontaire, de voie de fait grave et d’agression armée à la suite d’une enquête de l’Unité des enquêtes spéciales (UES).

Reconnaissant que la journée de mardi «peut être encore plus difficile et douloureuse» pour la famille Abdi, le maire Watson dit se ranger derrière la primauté du droit au Canada.

«Je veux également profiter de cette occasion pour réaffirmer ma pleine confiance dans notre système judiciaire. Au Canada, nous avons la chance que notre système judiciaire cherche à rendre des verdicts fondés sur les faits et les preuves qui sont présentés devant les tribunaux. C’est un système qui défend la primauté du droit.»

L’année 2020 aura été celle de la pandémie de COVID-19, mais aussi celle entourant le racisme dans la société et les corps policiers.

«Des événements aux États-Unis et au Canada ont mené à de nombreux rassemblements visant à appuyer le mouvement La vie des Noirs compte (Black Lives Matter) et à dénoncer le racisme envers les Noirs, ainsi qu’à des manifestations contre le recours à la force par les policiers. Ces événements ont également renforcé l’engagement à combattre les injustices raciales dans des villes partout dans le monde, y compris ici même, à Ottawa. Il est évident qu’Ottawa ne peut pas se contenter de jouer un rôle de spectateur devant un mouvement si important.»


« Le verdict prononcé aujourd’hui ne marque pas la fin de l’histoire de la mort tragique d’Abdirahman. »
Jim Watson

Le maire affirme par ailleurs que des «vérités gênantes» doivent être identifiées et nommées. «Les Autochtones, les Noirs et d’autres groupes racialisés à Ottawa continuent de faire l’objet, de manière disproportionnée, de violences, de graffitis et d’insultes racistes, en plus d’être exclus de certaines activités et de certaines occasions d’emploi et de vivre de la discrimination au travail.»

Jim Watson a souligné l’embauche de Yusra Osman, à titre de première spécialiste de la lutte contre le racisme à la Ville d’Ottawa, son appui à la création du Secrétariat de la lutte contre le racisme.

«Le verdict prononcé aujourd’hui ne marque pas la fin de l’histoire de la mort tragique d’Abdirahman», selon le maire.

Réaction du syndicat et du SPO

Par communiqué Service de police d’Ottawa dit respecter la décision du tribunal. «Conformément à la Loi sur les services policiers, nous allons mener un examen d’incident, de service, et des politiques. Cette démarche est déjà entamée, et nous allons nous affairer à conclure l’examen dans les meilleurs délais. Ses résultats seront rendus publics par l’entremise de la Commission de services policiers.»

Dans une lettre adressée à ses membres, le président de l’Association des policiers d’Ottawa (APO) Matt Skoff a fait un appel à l’unité des troupes. «Soyons unis au cours de ces prochains jours, appuyons ‘Dan’ (Daniel Montsion) sa famille et ses collègues, et souvenons-nous toujours que c’est un honneur de se voir confier les responsabilités de la profession de police.»

M. Skoff a souligné la difficile tâche de répondre à des centaines d’appels, dont certains sont complexes et délicats. «Il y a quatre ans, écrit-il, un appel nécessitait une aide supplémentaire et (au bout du compte) un homme est mort. Nous sommes tous vraiment désolés pour la perte d’Abdirahman Abdi, et nous réalisons que beaucoup de gens dans la communauté ressentent profondément sa perte.»