Le maire sortant, Jim Watson, a annoncé un plan visant à augmenter l’investissement dans les routes et l’infrastructure de la Ville.

Watson prévoit une hausse de taxes de 2 à 3 %

Le maire sortant, Jim Watson, a annoncé dimanche un nouveau plan fiscal de 80 millions $, pour les quatre prochaines années, qui vise à augmenter les investissements dans les routes et l’infrastructure.

S’il est réélu, M. Watson s’engage à fixer une cible des taxes foncières annuelles de 2 à 3 % au cours de son prochain mandat. La flexibilité d’une telle cible pourrait générer 10,3 millions $ de plus qu’en 2018. Une augmentation de la cible de taxes foncières de 2 à 3 % représente une hausse de 36 $ sur la facture de taxes foncières moyenne.

Il estime que cette hausse de taxes foncières est «nécessaire pour continuer les investissements dans l’infrastructure de la ville.»

«J’ai entendu beaucoup de plaintes concernant les rues, les trottoirs et les égouts. Ce plan va aider à soutenir les grandes dépenses de reconstruction des routes.»

M. Watson souligne que si 20 % des fonds sont requis pour combler des pertes de revenus, 8 millions $ pourraient être investis dans le renouvellement d’infrastructure. De plus, en respectant cet engagement de 80 millions $ pour la durée du prochain mandat, le déficit de financement de l’infrastructure serait éliminé en huit ans, et ce, sans y ajouter de dettes.

M. Watson blâme en partie les deux derniers hivers, qui ont produit 90 cycles de gel et de dégel, pour expliquer l’état des routes. Il ajoute qu’il y a «beaucoup de rues que nous ne pouvons pas rénover par manque d’argent. On a ajouté un 10 millions $ au budget de 2018. C’est pourquoi il y a de plus en plus de projets d’infrastructures routiers en place dans tous les coins de la ville.»

Le maire sortant reconnaît que ce n’est pas toute la population ottavienne qui sera ravie par cette hausse de taxes foncières. «Il y a une moitié de la population qui demande un gel ou une coupure des impôts. Je ne suis pas le candidat pour ça. Je pense que l’autre moitié de la population reconnaît qu’il y a des coûts qui sont hors du contrôle de la Ville.»

«Nous essayons de donner au citoyen une évaluation juste et précise de ce que nous pensons que le taux d’imposition va être dans les prochaines années pour qu’ils puissent établir le budget dans leur ménage. En tant que dirigeants municipaux, nous devons établir un objectif et nous assurer que les citoyens en sont au courant. Si les citoyens doivent se serrer la ceinture, nous devons le faire aussi.»