Le maire d'Ottawa, Jim Watson (ci-contre), ainsi que quatre conseillers municipaux, se disent très déçus par la décision du gouvernement Ford.

Watson et quatre conseillers écrivent à Mulroney

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, fait part de sa déception face aux compressions dans les services francophones annoncées par le gouvernement Ford.

M. Watson a envoyé une lettre à la ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario Caroline Mulroney. Les conseillers Bob Monette, Stephen Blais, Jean Cloutier et Mathieu Fleury cosignent la missive envoyée au bureau de la députée à Toronto.

« L’abolition de ce poste nous déçoit énormément et marque un recul pour la communauté franco-ontarienne », écrivent les signataires en faisant référence à l’abolition du Commissariat aux services en français.

Le premier magistrat et les quatre conseillers rappellent à la ministre que plus de 145 000 Ottaviens sont des francophones « soit plus de 15 % de la population ». Ils ajoutent que la Ville d’Ottawa doit fournir des services en français en vertu de la Loi de 1999 sur la ville d’Ottawa et de sa politique de bilinguisme. 

« Par l’entremise de la Direction des services en français (DSF), elle est responsable de gérer et d’examiner toutes les plaintes concernant la prestation des services en français et d’y répondre, ce qu’elle fait avec rigueur », peut-on lire dans le document de deux pages écrit en français.

Les signataires de la lettre ajoutent que la DSF veille à ce que la politique de bilinguisme soit respectée.

« Il importe pour nous de voir de façon semblable un engagement clair de votre part, assurant que ces résidents recevront les services offerts par la province et ses organismes dans leur langue, comme il est prescrit dans la Loi sur les services en français. Le Commissariat aux services en français faisait un travail de promotion et de sensibilisation de ces services et constituait un agent indépendant et crédible auquel la population francophone pouvait avoir recours lorsque des lacunes étaient soulevées au sein de l’appareil provincial et de ses agences », ajoutent MM. Watson, Monette, Blais, Cloutier et Fleury.

Ils assurent que la municipalité poursuivra ses efforts afin d’améliorer la prestation des services en français et ils souhaiteraient que le gouvernement de l’Ontario fasse de même.