Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Ville d’Ottawa a sous-estimé les pressions financières générées par la crise sanitaire pour l’année 2021 lors de l’étude du budget l’automne dernier.
La Ville d’Ottawa a sous-estimé les pressions financières générées par la crise sanitaire pour l’année 2021 lors de l’étude du budget l’automne dernier.

Ville d'Ottawa: la pandémie coûtera 254 millions $ de plus que prévu

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La Ville d’Ottawa a sous-estimé les pressions financières générées par la crise sanitaire pour l’année 2021 lors de l’étude du budget l’automne dernier. La cheffe des finances de la municipalité, Wendy Stephanson, soutient tout de même que les finances de la Ville sont en bonne posture, notamment en raison de l’aide des gouvernements fédéral et provincial.

Dans l’ensemble, le service des finances de la Ville d’Ottawa prévoit des pressions financières supplémentaires de 254,3 millions $ pour le reste de l’année en cours, comparativement à ce qui a été présenté au conseil municipal lors de l’étude du budget 2021.

La grande majorité de ces pressions financières accrues proviennent du transport en commun — 153,5 millions $ de plus que prévu — et du du département des services communautaires — 44,8 millions $ de plus.

Dans l’ensemble, le déficit anticipé est de 13,5 millions $, ce qui est gérable, selon Mme Stephanson. Des subventions issues de l’Accord sur la relance sécuritaire (ARS) — entre les gouvernements fédéral et provincial — sont en grande partie ce qui permet à la Ville de faire face à un gouffre financier après seulement 3 mois dans la nouvelle année.

La cheffe des finances souligne toutefois que certaines initiatives qui permettent de réaliser des économies d’échelle aident également la Ville à éviter d’écrire ses états financiers à l’encre rouge, comme l’ajustement des services d’OC Transport annoncé la semaine dernière, ainsi qu’un gel des dépenses discrétionnaires dans l’ensemble des départements de la municipalité.

Wendy Stephenson souligne par ailleurs que le budget fédéral — attendu d’ici la fin du mois d’avril — pourrait contenir de nouvelles mesures d’aide aux municipalités.

«Nous sommes relativement dans une bonne position pour 2021, s’est réjoui mardi matin le maire d’Ottawa, Jim Watson. Le plus grand défi qui nous attend, c’est l’incertitude pour 2022 et l’impact que la COVID-19 aura sur l’achalandage sur notre réseau de transport en commun et dans nos installations sportives et récréatives. Nous devons demeurer très prudents en prévision de 2022. Même lorsque nous aurons vaincu le virus, les répercussions de la pandémie continueront de nous suivre.»


« Nous devons demeurer très prudents en prévision de 2022. Même lorsque nous aurons vaincu le virus, les répercussions de la pandémie continueront de nous suivre. »
Jim Watson

Surplus en 2020?

Bien qu’un déficit de 192 millions $ était anticipé l’été dernier, la Ville annonce finalement avoir terminé l’année 2020 avec un léger surplus de 17,6 millions $. Là aussi, l’ARS a joué un grand rôle, précise Mme Stephanson.

La trésorière adjointe de la municipalité a toutefois indiqué au Comité des finances et du développement économique mardi matin que la majorité des départements de la Ville ont enregistré un surplus, notamment grâce à la suspension des dépenses discrétionnaires ordonnée par la haute direction de la municipalité l’an dernier au début de la pandémie et la forte diminution des frais de voyage.

«Malgré l’impact de la COVID-19 sur nos finances, la Ville a conclu 2020 dans une position qui nous donne une flexibilité dont nous aurons grand besoin dans l’avenir», soutient Wendy Stephanson.

La majorité de ces surplus seront transférés dans le fonds de réserve et de stabilisation des taxes de la Ville.