La victoire de Mathieu Fleury dans Rideau-Vanier a été confirmée à peine 45 minutes après la fermeture des bureaux de scrutin.

Victoire décisive de Fleury dans Rideau-Vanier

Le rude face-à-face anticipé par certains dans Rideau-Vanier n’a pas eu lieu. Le conseiller municipal Mathieu Fleury a été réélu haut la main pour un troisième mandat en obtenant 68 % des voix.

Se forgeant une très confortable avance dès le dévoilement des premiers résultats, l’homme de 33 ans a obtenu finalement une majorité de quelque 4200 voix sur son plus proche adversaire, l’entrepreneur et ex-vice-président de l’Association communautaire de la Basse-Ville, Thierry Harris.

Ce dernier a récolté 28 % des suffrages, alors que Matt Lowe et Salar Changiz ont dû se contenter de miettes avec respectivement 2,7 et 0,8 % des voix.

Des applaudissements nourris se sont fait entendre chez la centaine de partisans réunis dans un resto-bar du marché By lorsque le triomphe de M. Fleury a été confirmé, à peine 45 minutes après la fermeture des bureaux de scrutin.

Sourire aux lèvres et visiblement soulagé, le principal intéressé est arrivé avec sa conjointe Lai et son fils Jacob, qui a récemment fêté son premier anniversaire de naissance.

« On a cogné à chacune des portes, et ce à deux reprises, dans la Basse-Ville, dans Côte-de-sable et dans Vanier. Ça, c’est un exploit. Vous savez, il n’y a pas de secrets pour une campagne, c’est d’écouter les gens, de les représenter, de proposer des idées qui reflètent les besoins de notre communauté. Il n’y a pas d’élément magique », a-t-il déclaré devant un parterre de militants conquis d’avance.

Pointé du doigt à maintes reprises ces derniers mois et au cours de ce qu’il qualifie de « jeux de coulisses » durant la campagne, le vainqueur a voulu remettre les pendules à l’heure au sujet du controversé dossier du déménagement du refuge de l’Armée du Salut dans Vanier.

« J’aimerais que les médias réalignent le tir. J’ai toujours été contre le modèle et l’emplacement, et ce, depuis la première journée. Je n’ai pu rien dire (au départ) car je suis un élu, mais la journée qu’ils ont soumis (le projet), regardez les clips de CTV, CBC ou dans Le Droit, j’étais le premier à parler. Je suis confiant qu’on va gagner en cour, il va falloir être patient, ce sera à la fin de 2019 », a-t-il dit, ajoutant qu’il est le premier à admettre ses erreurs s’il en fait.

Le logement abordable, la revitalisation du chemin de Montréal, l’embellissement du marché By et le projet de tunnel pour camions reliant le pont McDonald-Cartier à l’autoroute 417 sont les quatre enjeux clés pour le prochain mandat, selon M. Fleury.

Le jeune élu estime que c’est son leadership qui lui permet une fois de plus de conserver sa place à l’hôtel de ville.

« Je suis fier d’être à la table pour tout le monde, qu’on soit francophone, francophile, nouvel arrivant, aîné ou une famille. Je veux que tout le monde soit impliqué », a-t-il dit.

Fait à noter, le taux de participation dans Rideau-Vanier (38 %) est l’un des plus bas parmi les 23 quartiers de la capitale, si bien que l’élu a voulu lancer un message aux électeurs qui n’ont pas exprimé leur droit de vote.

« Les gens qui devraient être les plus tristes, ce sont ceux qui n’ont pas voté. Vous ratez une opportunité, car c’est la Ville qui a le plus d’impact sur votre vie quotidienne », s’est-il exclamé.

Thierry Harris, de son côté, accepte avec humilité la défaite.

« Les résultats ne sont pas ceux auxquels on s’attendait, mais je suis fier des votes qu’on a eus, du réseau qu’on s’est bâti, des gens qui ont travaillé avec acharnement. Ce n’est rien de personnel, je vais me relever de tout cela. Il y a toujours des enjeux importants à régler dans le quartier alors on va faire confiance à la personne en place pour travailler là-dessus. Je félicite M. Fleury », a-t-il indiqué lors d’un entretien téléphonique.

Lors du dernier scrutin, en 2014, Mathieu Fleury avait été élu avec 52 % des voix. Il a fait son entrée en politique en 2010 à l’âge de 25 ans en causant la surprise générale, délogeant l’ex-conseiller Georges Bédard.