OC Transpo proposait d’interdire les vélos dans le futur train léger entre 6h et 9h ainsi qu’entre 15h et 18h.

Vélos en train: OC Transpo se bute aux élus

La recommandation de l’administration municipale de prohiber les vélos à bord du train léger aux heures de pointe n’a visiblement pas plu aux élus de la Commission du transport en commun d’Ottawa, qui l’ont rejetée presque à l’unanimité, exception faite du président Stephen Blais.

Au final, on propose de tester la formule consistant à accepter les vélos à tout moment de la journée pour une durée d’un an après la mise en service de la Ligne de la Confédération. À la suite de la cueillette de données et d’observations, la question pourra être ramenée sur la table à la fin de l’année 2019 lorsqu’un rapport devra être soumis par OC Transpo.

Dès les premières minutes de la réunion mercredi, l’opposition à une telle mesure s’est fait sentir, autant de la part des citoyens que des membres du comité.

Jean-Philippe Torumsky a précisé qu’il serait tout à fait logique d’utiliser son vélo pour se rendre jusqu’à l’une des 13 stations du train léger, sachant que les deux tiers des résidents habiteront à cinq kilomètres ou moins de celles-ci. Il a reproché à l’administration de ne pas avoir fait ses devoirs convenablement.

« Vous avez pris cette décision sans preuves, sans statistiques sur le nombre d’utilisateurs de vélos. Je propose qu’il y ait une démarche vraiment fondée sur des données probantes avant de tirer des conclusions, et en leur absence, adoptons une politique qui dit que s’il y a de la place à bord des trains, les vélos peuvent être embarqués; et que dans le cas contraire, non », a-t-il lancé.

Diane Deans, Jeff Leiper et Marianne Wilkinson font partie des élus qui ont témoigné en défaveur de la proposition d’OC Transpo. Plusieurs se sont plaints de manquer d’informations adéquates et ont rappelé que les bicyclettes sont acceptées à bord de la Ligne Trillium et que peu de plaintes ont été formulées à cet égard.

« On a aucune preuve que ça cause des problèmes et je veux vous rappeler que nous sommes là pour desservir la clientèle. On doit s’assurer qu’on offre toutes les commodités possibles aux usagers. On peut toujours réanalyser la situation dans un an. On est là pour encourager l’achalandage, pas pour le décourager », a-t-elle dit.

Jeff Leiper a indiqué avoir l’impression de devoir prendre une décision « alors qu’on a peut-être besoin d’un peu de viande autour de l’os ».

OC Transpo, qui proposait d’interdire les vélos entre 6h et 9h ainsi qu’entre 15h et 18h (sauf les jours fériés), s’est défendu en disant qu’elle préférait recommander une approche prudente et qui permettra d’éviter les conflits. Elle prétend aussi que les heures de pointe à Ottawa se sont élargies au fil du temps, autant le matin que l’après-midi.

Le seul élu à avoir voté contre la nouvelle motion, Stephen Blais, a expliqué que même des villes reconnues comme des capitales du vélo, Copenhague et Amsterdam, les interdisent à bord du métro lors des heures de pointe.

« On veut encourager les modes de transport multimodaux, mais on veut aussi éviter les conflits. Certains disent que ça limiterait l’achalandage, mais l’espace occupé par un vélo enlève de la place à quatre ou cinq passagers. Déjà, ce sera un gros changement, car la plupart des gens voyageront debout. C’est pour cela que j’appuie cette option modérée »

Cette proposition devra maintenant être approuvée par le conseil municipal le 28 février.

Artistes ambulants
Par ailleurs, les artistes ambulants pourraient bien avoir l’autorisation de se produire à des endroits désignés à cette fin dans les différentes stations du train léger. Une modification à la réglementation actuelle, qui interdit à quiconque de jouer d’un instrument de musique ou encore de quémander de l’argent, a été adoptée mercredi par la Commission du transport en commun. L’administration municipale sera appelée à élaborer une procédure d’audition, d’approbation, d’inscription et d’établissement d’horaires pour les artistes.