Une tour de 65 étages sur la rue Albert, à Ottawa, pourrait voir le jour.

Une tour de 65 étages à Ottawa

Ottawa devrait bientôt avoir un nouveau point culminant.

Le promoteur TIP Albert GP inc. souhaite inclure une tour de 65 étages dans son projet de développement immobilier au 900, rue Albert. Le comité de l’urbanisme a donné son aval au projet mardi matin. Le conseil municipal a donné le sceau final à la proposition, mercredi.

Lorsque la construction sera terminée, il s’agira de l’édifice le plus haut de la capitale.

Situé à un jet de pierre du train léger, le bâtiment contribue à densifier la population autour de l’important projet de transport en commun, soutient le maire d’Ottawa, Jim Watson.

« Pour que [le train léger] soit un succès, nous avons besoin de densification autour du projet », soutient M. Watson.

Projet controversé
La tour de 65 étages pourra voir le jour, et ça ne fait pas l’affaire de tout le monde. Les conseillers Jeff Leiper, Mathieu Fleury, David Chernushenko et Tobi Nussbaum, ainsi que Catherine McKenney — qui représente le quartier où sera construit l’édifice — ont voté contre la résolution présentée au conseil municipal, mercredi.

Cette dernière déplore notamment que la Ville n’a aucune garantie quant au nombre de logements abordables qui seront inclus dans ce complexe qui offrira principalement des unités locatives.

Jim Watson a indiqué en mêlée de presse que la Ville ne peut légalement exiger un nombre minimal de logements abordables à un promoteur. Le conseil municipal a plutôt adopté une motion afin d’encourager TIP Albert GP inc. à ce que 25 % des unités construites soient destinées aux plus démunis.

« Il y a une liste de 10 000 personnes qui cherchent des logements abordables à Ottawa. C’est la raison pourquoi c’est important d’encourager ceux qui construisent des appartements à fournir des logements abordables. [...] On a accueilli beaucoup de nouveaux Canadiens, mais il n’y a plus de place dans les motels que la Ville a loués. »

La hauteur du bâtiment est également déplorée par des résidents du quartier. Le plan d’urbanisme de la Ville prévoyait une hauteur maximale de 30 étages au 900, rue Albert.

La conseillère McKenney affirme qu’il est regrettable que le conseil double la hauteur prévue des constructions à cet endroit puisque le plan d’urbanisme a été adopté au terme de nombreuses consultations publiques.

Questionné sur le sujet, le maire Watson ne se dit pas inquiet de voir les citoyens perdre confiance envers la municipalité et son processus d’adoption d’un plan d’urbanisme après cette décision.

« Les circonstances changent, soutient M. Watson. La réalité, c’est que tout le monde peut soumettre une proposition qui diffère de ce qui est prévu dans notre plan d’urbanisme. Tous les projets doivent être évalués en fonction de leurs mérites. Une majorité des membres du conseil pense que c’est un bon projet. »