L’ex-ministre Jane Philpott était l’invitée du maire Jim Watson lors d’un déjeuner soulignant la Journée internationales des droits des femmes.

Une stratégie sur la condition féminine à Ottawa

La nouvelle stratégie sur la condition féminine et l’équité des genres de la Ville d’Ottawa a été officiellement lancée jeudi matin à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes.

« Notre plus gros défi est de briser les idées préconçues. Il faut faire les choses différemment. Nous sommes une municipalité et nous offrons des services, alors regardons comment on fait les choses pour rendre la vie de tous et toutes plus agréables », explique Theresa Kavanagh, la première agente de liaison du conseil pour la condition féminine et l’équité des genres.

La Ville récoltera des données afin de préparer un plan de match. Une consultation publique est prévue en juin prochain. La stratégie doit être mise en valeur au cours de l’année 2020.

Un montant de 210 000 $ est prévu au budget 2019 afin de financer la stratégie. L’enveloppe comprend le salaire d’un poste qui sera créé au sein de l’appareil municipal.

« II faut s’assurer de faire tomber des barrières pour que tout le monde puisse obtenir de bons services. Il faut aussi regarder ce qu’on fait à la Ville pour s’assurer qu’on fait le travail approprié », ajoute la conseillère du quartier Baie.

Au cours du nouveau mandat, le conseil s’est engagé à atteindre la parité hommes-femmes au sein des comités consultatifs et des conseils d’administration. Un objectif qui a été atteint.

L’annonce s’est faite en marge du déjeuner annuel du maire pour la Journée internationale des droits des femmes. L’ex-ministre libérale Jane Philpott s’est adressée à près de 400 personnes afin de parler de la place des femmes dans la société d’aujourd’hui.

Elle estime qu’il y a encore beaucoup de travail à faire avant d’atteindre l’équilibre dans plusieurs sphères.

« Les voix que nous voulons le plus entendre sont à peine audibles.

Ne l’oublions pas lorsqu’il est question d’équilibre. Oui, nous cherchons à atteindre un équilibre entre les hommes et les femmes, mais n’oublions jamais tous les autres qui n’ont aucune voix et pour quels motifs ils sont laissés pour compte. Quelles autres voix devons-nous entendre ? Cet équilibre transcende les sexes », a souligné l’ancienne présidente du Conseil du trésor sous le gouvernement Trudeau.