La muraille s’inspirant de la grande démonstration « S.O.S. Montfort fermé ! Jamais ! « installée dans le secteur Vanier a grand besoin de restauration.

Une richesse qui a besoin de soins

La campagne de sociofinancement pour la restauration de la murale de S.O.S. Montfort bat de l’aile, mais la direction du Muséoparc Vanier, qui en a la responsabilité, entend bien y injecter une dose d’adrénaline au cours des prochains mois.

En 15 mois, seulement neuf personnes ont donné un total de 510 $ à la collecte de fonds sur le site de sociofinancement gofundme. L’objectif de 80 000 $ inclut aussi la restauration de la murale Quartier Vanier.

Le directeur général du Muséoparc Vanier, Jean Malavoy, qui est entré en poste il y a un an, signale qu’il n’y a pas à s’alarmer.

Il a approché le maire d’Ottawa, Jim Watson, le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, et le directeur des affaires culturelles à la Ville d’Ottawa, Dan Chenier, plus tôt cette année pour leur signifier la « richesse inestimable et unique en son genre » des murales à Vanier, mais l’élection municipale en cours a forcé la mise sur la glace des discussions. M. Malavoy entend se reprendre après l’installation du nouveau conseil municipal, après le scrutin du 22 octobre.

« Je veux retourner à la Ville pour les sensibiliser, et je voudrais monter une vraie collecte de fonds où on ira chercher des donateurs principaux qui vont s’engager. Ensuite je pourrais partir la campagne puisque nous aurions une mise de fonds intéressante », a expliqué M. Malavoy.

Michelle de Courville Nicol, qui était présidente du conseil d’administration de l’Hôpital Montfort de 1995 à 2001, et qui a mené avec d’autres la lutte au gouvernement provincial qui menaçait de fermer l’établissement, suggère un partenariat avec des conseils scolaires.

« C’est très important du point de vue de la mémoire collective, de notre patrimoine en tant que francophones minoritaires en Ontario et dans la région d’Ottawa, de garder vivant les souvenirs ou la mémoire de ce qui s’est produit par rapport à la lutte pour sauver l’hôpital. Trop souvent, les générations qui nous suivent ne sont pas conscientes de leur propre histoire quoique les écoles maintenant font beaucoup d’efforts pour aider les jeunes à connaître leur histoire et développer leur identité », a observé Mme de Courville Nicol, soulignant du même élan l’importance de faire la promotion des victoires des Franco-Ontariens.

« Ça peut être utilisé comme matériel éducatif », a-t-elle ajouté.

La fresque S.O.S. Montfort, symbole de la détermination franco-ontarienne, était installée à l’angle de la promenade Vanier et du chemin McArthur. Elle a été entreposée en avril 2017. D’autres murales, et il y en a plusieurs dans le secteur Vanier, ont aussi besoin d’une cure de rajeunissement, a indiqué M. Malavoy.

« On regarde ces murales et on se dit avec le conseil d’administration que nous sommes en train de perdre une richesse, qu’elles sont en train de se détériorer, et qu’il faut avoir un projet pour les restaurer et pas seulement en 2019 et 2020, mais d’avoir un programme pour ça », a expliqué M. Malavoy.