Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Un avocat s’est mêlé du dossier d’Amanda Proulx et lui a recommandé de se tourner vers le sociofinancement pour lancer des négociations de dernière minute avec son propriétaire.
Un avocat s’est mêlé du dossier d’Amanda Proulx et lui a recommandé de se tourner vers le sociofinancement pour lancer des négociations de dernière minute avec son propriétaire.

Une proche-aidante d’Ottawa essaie d’éviter l’éviction de son logement

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Proche-aidante de son conjoint malade, ce qui l’empêche de travailler depuis plus d’un an, une résidente d’Ottawa lance un cri du cœur de dernière minute afin d’éviter l’éviction de son logement.

« À l’été 2019, j’avais toujours un bon emploi, mais mon fiancé a subi une crise cardiaque. Durant une opération à cœur ouvert, il a subi une autre crise cardiaque, ce qui lui a enlevé toutes ses capacités. Il ne pouvait plus bien parler ou prendre soin de lui. Je n’ai pas eu le choix de quitter mon emploi », raconte Amanda Proulx, qui ajoute avoir passé jusqu’à 40 heures par semaine à l’hôpital avec son conjoint pendant qu’il recevait des traitements.

Elle a reçu un avis d’éviction de la part de son propriétaire, qui doit entrer en vigueur ce mardi.

« J’ai fait de mon mieux pour éviter les retards dans mon loyer, mais quand tu passes d’un travail régulier au chômage, ce n’est pas comparable, explique Mme Proulx. Mon fiancé s’est battu pendant plusieurs mois et pendant ce temps, je me démenais pour que l’on garde un toit au-dessus nos têtes. »


« J’ai envoyé une lettre pour demander un report de l’audience. J’ai reçu une lettre de leur part à 18h m’indiquant qu’ils ont rejeté ma requête et que les procédures se sont déroulées sans moi »
Amanda Proulx

Amanda Proulx a tenté de contester son éviction en novembre dernier, devant la Commission de la location immobilière, mais la veille de l’audience, son fiancé Travis est décédé.

« Je devais participer à un appel-conférence le lendemain de son décès. J’ai envoyé une lettre pour demander un report de l’audience. J’ai reçu une lettre de leur part à 18h m’indiquant qu’ils ont rejeté ma requête et que les procédures se sont déroulées sans moi », affirme Mme Proulx.

La résidente du quartier Beacon Hill dit avoir demandé l’aide de son conseiller municipal, Tim Tierney, dans les derniers mois. Son bureau lui aurait recommandé de se tourner vers sa députée provinciale. Après avoir reçu l’avis d’éviction la semaine dernière, on l’a également mise en contact avec Catherine McKenney, qui joue le rôle d’agent de liaison en matière de logement et d’itinérance au conseil municipal, mais il était trop tard pour intervenir.

Dans les dernières heures, un avocat s’est mêlé du dossier d’Amanda Proulx et lui a recommandé de se tourner vers le sociofinancement pour lancer des négociations de dernière minute avec son propriétaire, mardi matin.

« Mon avocat va tenter d’amasser des fonds et il ira voir mon propriétaire demain pour lui offrir de commencer à payer les loyers en retard et négocier un nouveau bail. Essentiellement, essayer de le convaincre de me donner une dernière chance », explique Mme Proulx.

En fin d’après-midi, elle avait déjà récolté plus de 1500 $ sur sa campagne de sociofinancement sur la plateforme GoFundMe.

« Je suis en larmes, dit Mme Proulx la gorge nouée par l’émotion. Je reçois de l’argent et des messages d’encouragement de gens que je ne connais même pas. »