La décision de la Ville d’Ottawa pourrait forcer le propriétaire, Larco Investment, à présenter de nouveaux plans.

Une partie du projet d’annexe du Château Laurier refusée

Le comité de dérogation de la Ville d’Ottawa a refusé, vendredi, une partie du projet de construction d’une annexe controversée au Château Laurier.

Cette décision a été rendue seulement une semaine après que les élus du conseil municipal aient décidé d’aller de l’avant dans ce dossier.

« C’est une grosse victoire, lance le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury. On n’aurait pas pu s’attendre à mieux de la part du comité. Ça met les bâtons dans les roues et le projet ne peut plus avancer. Ce n’est pas un échec et mat, mais ils sont définitivement en échec. »

Dans la décision rendue vendredi, le comité a notamment refusé la partie des étages deux à sept, en porte-à-faux, ce qui pourrait forcer le propriétaire, Larco Investments, à présenter un nouveau plan.

« Le Comité est d’avis que l’approbation de la variation (b) permettrait une nouvelle construction qui ne respecte pas le paysage et le caractère patrimonial des propriétés historiques entourant le site, principalement celles du canal Rideau, du parc Major et de la Cité parlementaire », peut-on lire dans la décision du comité de dérogation de la Ville d’Ottawa.

« Le refus de la part du comité est exactement en lien avec ce qu’on dit publiquement, moi et la communauté, depuis longtemps, soit que ce n’est pas une dérogation mineure, mais plutôt une dérogation significative », indique le conseiller Fleury.

La balle se retrouve désormais dans le camp de Larco Investments, alors que trois options se présentent au groupe. Larco peut décider d’arrêter le projet d’agrandissement, de faire une nouvelle soumission, ou encore, d’aller en appel de la décision qui a été rendue vendredi par le comité de dérogation.

« Le groupe Larco a des décisions à prendre et je souhaite qu’il prenne la bonne, soit de revenir à la case départ et de s’engager avec la communauté », affirme M. Fleury. Nous ne sommes pas opposés à une addition, mais on est contre une addition qui n’est pas compatible avec ce site emblématique. »

« Si le demandeur continue de soumettre le même projet, je pense qu’on a été assez clair, on va continuer de se battre », conclut-il.

Larco Investments a jusqu’au 17 octobre prochain pour aller en appel de la décision.