Un énorme trou s'est formé sur la rue Waller lorsqu'une partie de la chaussée s'est effondrée.

Une partie de la rue Waller éventrée

Les autorités municipales s'efforcent de connaître la raison exacte de l'affaissement d'une partie de la rue Waller, à Ottawa, alors que les travaux de forage du tunnel du train léger ont débuté à quelques mètres de l'incident, moins de 24 heures auparavant.
L'impressionnant et énorme trou s'est formé dans la chaussée, dans la nuit de jeudi à vendredi.
La rue Waller s'est affaissée vers 1 h, au sud de l'avenue Laurier, près du Transitway et de l'Université d'Ottawa, non loin des travaux de forage du tunnel qui se déroulent cinq mètres sous terre.
Vendredi, les autorités n'étaient pas en mesure de dire ce qui avait créé le trou, d'une surface d'environ neuf mètres carrés et d'une profondeur de cinq mètres.
Les observations préliminaires peuvent toutefois faire croire que le forage du tunnel du train léger, qui a débuté mercredi dans le secteur, n'est pas étranger à ce phénomène. La Ville a déjà écarté la thèse qu'un bris d'aqueduc soit à l'origine d'un tel affaissement. Les autorités municipales ont mentionné en conférence de presse qu'une seule petite conduite d'égout se trouvait dans le sous-sol, à cet endroit précis.
Vers 22 h jeudi, des employés du consortium Rideau Transit Group (RTG) s'affairaient à creuser le tunnel du train léger, près de la rue Waller, à environ 5 mètres sous terre. «Les excavateurs et les inspecteurs ont aperçu des écoulements et des débris tomber du haut du tunnel. Les travailleurs ont évacué», a expliqué Tim Stewart, directeur des services à la construction de la Ville d'Ottawa. L'ouverture a pris de l'ampleur pendant près de trois heures. Le RTG a finalement stabilisé le sol en coulant du béton. «Le trou ne s'agrandira pas», a rassuré Nancy Shepers, directrice municipale adjointe à l'urbanisme et aux infrastructures.
Les travaux de creusage, qui devaient se dérouler 24 heures par jour, sont suspendus jusqu'à nouvel ordre. Le trou ne s'est pas formé directement au-dessus du tunnel en construction, a précisé la porte-parole du RTG, Kathryn Keyes.
Aucun travailleur n'a été blessé. Le pire a été évité puisque personne ne se trouvait sous terre - et au niveau du sol - lorsque le trou s'est formé.
Des ingénieurs en géotechnique du consortium sont sur place pour évaluer l'état des sols dans le secteur, a fait savoir la Ville d'Ottawa.
Les services d'eau et d'égouts sous la rue Waller ont été interrompus temporairement, affectant divers édifices des environs immédiats.
Différents détours ont aussi été mis en place pour les autobus d'OC Transpo.
L'avenue Laurier a été fermée entre la promenade Queen Elizabeth et la rue Waller.
Souvenirs de 2012
Cet affaissement n'est pas sans rappeler le trou qui était apparu sur la route 174 en septembre 2012.
À l'époque, c'est un tuyau d'égout pluvial de 3,6 mètres de diamètre qui avait rendu l'âme, provoquant l'effondrement d'une section de route et engloutissant un véhicule, dans la bretelle de sortie du boulevard Jeanne-D'Arc, dans le secteur Orléans. Le tuyau, vieux de plus de 50 ans, devait être retapé, alors qu'il présentait des signes de faiblesse évidents.
La facture avait été salée pour les contribuables. À elle seule, la note pour les travaux d'urgence a atteint 5 millions $, sans compter les coûts associés à la surveillance policière.
- Avec Jonathan Blouin, LeDroit