Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Lise Sarazin, directrice générale du Regroupement des gens d’affaires de la Capitale nationale
Lise Sarazin, directrice générale du Regroupement des gens d’affaires de la Capitale nationale

Une compétition entrepreneuriale pour la relance des entreprises d’Ottawa

Claudia Blais-Thompson
Claudia Blais-Thompson
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Afin d’encourager les entreprises qui ont connu plusieurs défis en raison de la pandémie et de trouver des solutions à la relance économique, le Conseil de la coopération de l’Ontario (CCO) et le Regroupement des gens d’affaires de la Capitale nationale (RGA) lancent un programme virtuel « sous forme de compétition ».

Le projet, Révolution Est, prévoit un programme de formation en ligne s’adressant aux petites et moyennes entreprises, coopératives, organismes à but non lucratif et entreprises sociales qui ont vécu des répercussions de la COVID-19. Grâce au financement issu du programme de Développement économique communautaire de la Ville d’Ottawa, elles pourront également bénéficier d’un mentorat d’experts. Le but de cette compétition est « d’offrir de nouvelles opportunités de développement aux participants ainsi que de leur faire profiter de l’expertise d’intervenants hors pair », précise-t-on dans un communiqué.

« Le projet que nous allons mettre en place en collaboration avec le CCO est résolument tourné vers plusieurs solutions pratiques et centré sur un travail de proximité auprès des entrepreneurs qui contribuera à la relance de l'économie de la région », a indiqué Lise Sarazin, directrice générale du RGA.

Les équipes d’entrepreneurs devront présenter une initiative ayant pour objectif d’améliorer l’un des six thèmes retenus : l’agroalimentaire, la production artisanale locale et le tourisme, le secteur des nouvelles technologies, la fintech et la finance sociale, les arts, la culture, le sport et le patrimoine, le divertissement et les médias et la diversité et l’inclusion.

« Ce projet permettra de décupler nos efforts pour la relance. Ainsi nos coopératives et entreprises sociales ne seront pas laissées pour compte. Elles feront plutôt partie intégrante du changement », s’est réjoui le directeur général du CCO, Julien Geremie.