Lancée ces derniers jours, l’application mobile Calendrier collecte d’Ottawa permet de répondre en quelques secondes à de multiples questions des citoyens de la capitale.

Une application mobile pour la collecte des ordures

Vous voulez recevoir un rappel à 17 h les lundis sur votre tablette que la collecte des matières recyclables et du compost a lieu le lendemain ? Des ampoules fluocompactes traînent dans votre garage et voulez voir sur votre téléphone intelligent où se situe le point de collecte de résidus domestiques dangereux le plus près?

Lancée ces derniers jours, l’application mobile Calendrier collecte d’Ottawa, développée par l’entreprise ReCollect Systems, permet de répondre en quelques secondes à de multiples questions des citoyens de la capitale. Elle peut être téléchargée sur les appareils Apple ou Android.

« Avant, toute l’information au sujet des collectes de matières résiduelles se trouvait ici et là sur le site web de la Ville, mais maintenant tout est regroupé en un seul et même endroit. C’est un outil “user-friendly”. Les gens vont pouvoir se rafraîchir la mémoire sur le jour de la collecte dans leur quartier, avertir la Ville en temps réel si les contenants n’ont pas été ramassés devant leur maison, consulter le Navigateur de déchets (qui indique comment disposer des objets qui ne peuvent être jetés à la poubelle), être avertis si la collecte est reportée en raison d’un jour férié, etc », affirme le conseiller du quartier Capitale, David Chernushenko.

Sans chiffrer d’objectif sur le nombre de citoyens qui téléchargeront l’application, l’élu espère que cette stratégie permettra à tout de moins de convaincre les gens qui « utilisent comme excuse le fait qu’ils ne se rappellent jamais quelle est la journée de collecte pour justifier qu’ils ne mettent pas leurs bacs en bordure de rue. »

À l’heure actuelle, 66 000 personnes sont inscrites pour recevoir des messages hebdomadaires, un chiffre insuffisant, dit M. Chernushenko.

« C’est le quart des adresses, oui, mais ça veut tout de même dire que les trois quarts des ménages n’en reçoivent pas. Mon but, c’est que tout le monde qui a une tablette ou un téléphone intelligent télécharge cette application », dit-il.

En 2016, 49 % des déchets ramassés en bordure de rue — 17 % pour les immeubles à logements multiples — ont été réacheminés dans un site d’enfouissement. Le taux global de déchets réacheminés pour l’ensemble des résidents se chiffrait à 44 %, selon la Ville d’Ottawa.