En date du 28 novembre, un peu plus de 259 000 nids-de-poule avaient été réparés, selon les données colligées par la Ville.

Une année fort chargée

Les cols bleus de la Ville d’Ottawa n’ont pas chômé

Les nids-de-poule ont pullulé dans les rues d’Ottawa en 2017. À preuve, si la tendance se maintient jusqu’à la fin décembre, les cols bleus auront colmaté au-delà de 280 000 crevasses sur le territoire, un sommet depuis quatre ans.

En date du 28 novembre, un peu plus de 259 000 nids-de-poule avaient été réparés, selon les données colligées par la Ville. En moyenne, on dénombre donc 780 interventions par jour sur la chaussée.

Signe que la météo a un grand rôle à jouer dans ce phénomène, il s’agit d’une hausse de près de 4 % en comparaison avec l’an dernier et de rien de moins que 39 % par rapport à 2015. 

La dernière saison hivernale, où dame Nature nous en a fait voir de toutes les couleurs avec divers types de précipitations, y est pour beaucoup dans ce nombre en augmentation considérable, pense le directeur des routes à la Ville d’Ottawa, Luc Gagné.

« On a eu plus de 300 cm de neige, 90 heures de verglas, de la pluie, etc. Je crois que c’était le deuxième pire hiver en 30 ans. Surtout, on a eu plus de 70 épisodes de gel-dégel. Il y a aussi eu les inondations au printemps. Quand l’eau entre dans l’asphalte, que ça gèle et qu’ensuite ça fond dans la journée, sans compter le poids des véhicules et la vibration, ce n’est rien pour aider la surface à rester intacte », affirme le gestionnaire municipal.

Diachylon hivernal

Il ne cache pas que le colmatage s’avère souvent qu’une réparation temporaire, une sorte de diachylon, particulièrement l’hiver.

M. Gagné soutient qu’en saison froide, un total de 18 équipes de trois ou quatre employés sont affectées au colmatage des nids-de-poule d’est en ouest de la capitale fédérale. Elles ne sont cependant pas toutes à l’œuvre simultanément, puisque tout dépend, encore là, des conditions météo. 

« Quand on a de belles journées, sans déneigement ou épandage de sel, elles peuvent être toutes sur la route. On fait aussi parfois appel à des entrepreneurs externes pour nous aider, souvent en cas d’urgence. Il faut dire qu’on a un très gros territoire à couvrir avec 6000 km de routes. Imaginez, c’est l’équivalent de la distance entre Halifax et Vancouver », note-t-il. 

M. Gagné rappelle que les citoyens ne doivent pas se gêner pour signaler les nids-de-poule en composant le 311. 

« On apprécie qu’ils nous appellent, ils sont nos yeux. On fait des patrouilles sur les grandes artères, mais c’est plus difficile de les repérer sur les rues résidentielles », précise-t-il. 

Selon le budget préliminaire 2018, l’enveloppe allouée à la réparation de nids-de-poule sera majorée de 400 000 $ pour atteindre 7,8 millions $. 

Nids-de-poule colmatés à Ottawa

2017 : 259 153 (en date du 28 nov.)

2016 : 254 740

2015 : 208 112

2014 : 241 328

Source : Ville d’Ottawa