Les essais du train léger se déroulent pendant 12 jours consécutifs sur la Ligne de la Confédération.

Un «test difficile» pour le train léger d'Ottawa [VIDÉO]

Les essais complets en vue de la mise en service du train léger qui ont commencé lundi sur la Ligne de la Confédération seront un « test difficile » où tout problème majeur pourrait faire dérailler cette étape importante.

Les essais se déroulent pendant 12 jours consécutifs dans un contexte de service régulier. 

L’objectif de cette étape est de confirmer que le système est prêt à accueillir les passagers. 

Aucun problème majeur ne doit survenir sinon une autre séquence de 12 jours devra être entreprise.

Les éléments critiques qui seront examinés sont le fonctionnement du système, y compris les temps de déplacement d’un bout à l’autre de la ligne, les intervalles entre les trains en périodes de pointe et non pointe, le fonctionnement des véhicules, les systèmes de sonorisation, les escaliers roulants et les systèmes de ventilation, notamment. 

Des incidents sur le plan de la sécurité provoqueraient aussi la reprise du processus.

« Il faut s’assurer que, quand les gens vont monter à bord à la mi-septembre, qu’ils puissent le faire avec la sécurité requise, la fiabilité requise et le confort requis », a expliqué le vice-président de la Commission du transport en commun à la Ville d’Ottawa, le conseiller municipal Jean Cloutier du quartier Alta Vista.

Au passage du Droit à la station Saint-Laurent, lundi, des ouvriers effectuaient des travaux de finition sur un plancher. Les escaliers mécaniques fonctionnaient, les panneaux électroniques indiquant l’arrivée des prochains trains étaient en service.

L’étape de mise en fonctionnement est sous la surveillance du promoteur du projet, le Groupe de transport Rideau (RTG), de Rideau Transit Maintenance, d’employés de la Ville et du certificateur indépendant.

C’est ce dernier qui confirmera si RTG a rempli les exigences en vue de la mise en service commerciale. 

À la suite de cette confirmation, la Ville aura besoin d’au plus quatre semaines pour mener les derniers préparatifs avant l’ouverture au public, qui est prévue à la mi-septembre, si tout se déroule bien.

« J’ai bien hâte de monter à bord, a lancé M. Cloutier, un usager régulier du transport en commun. J’ai bien hâte de monter et de descendre à toutes les stations, de les examiner, de les voir, de les apprécier », a continué le politicien municipal à propos de la Ligne de la Confédération qui accuse un retard de 14 mois sur l’échéancier initial.

« Je reconnais les frustrations. Tous les membres du conseil reconnaissent les frustrations. Nous répondons à nos commettants. Ceci étant dit, quand le système va démarrer, les gens vont l’apprécier. Ils vont l’utiliser », a indiqué M. Cloutier.

Des dizaines de milliers de clients d’OC Transpo devront adapter leur horaire d’utilisation du transport en commun au nouveau service de train léger alors que de nombreux trajets d’autobus seront modifiés à la suite de l’ouverture de la Ligne de la Confédération, dont cette première phase compte 13 stations.

La phase 2 du train léger à Ottawa prévoit l’ajout de 24 nouvelles stations vers l’est, l’ouest et le sud de la ville sur les lignes Trillium et de la Confédération d’ici 2023.