Le nouveau chef du Service de police d'Ottawa, Peter Sloly

Un premier homme noir à la tête du Service de police d'Ottawa

Un ancien chef adjoint de la police de Toronto, Peter Sloly, devient le premier homme noir à prendre les commandes du Service de police d’Ottawa (SPO).

Cette fois fut donc la bonne pour l’homme de 53 ans, dont l’entrée en fonction est prévue en octobre, puisque le principal intéressé a révélé avoir postulé pour ce poste en 2006 lorsque Vern White avait été embauché.

Depuis sa démission du corps policier de la Ville reine en 2016, il œuvrait à titre de conseiller stratégique chez Deloitte, où il dirigeait le groupe Sécurité et justice. 

À LIRE AUSSI : La nomination de Peter Sloly bien accueillie

>> Regagner la confiance [CHRONIQUE]

M. Sloly n’est pas bilingue, mais a tout de même amorcé son discours en français pendant quelques secondes lundi et promet d’apprendre la langue de Molière. Il suivra des cours dans les mois à venir. 

« La Commission va m’envoyer à l’école tout de suite et je vais étudier très fort. Je m’excuse. Vous allez pouvoir tester mes connaissances annuellement. [...] Et ce n’est pas juste une question du français, même si c’est très important dans notre pays. C’est important de pouvoir communiquer au plus haut niveau, dans toutes les circonstances », a lancé le père de deux enfants de 13 et 5 ans, n’osant pas s’avancer sur un laps de temps avant qu’il puisse avoir une conversation en français. 

Estimant que le SPO peut aisément devenir le meilleur service de police au pays et parlant d’un rêve devenu réalité, le nouveau chef a avoué qu’il visitait la capitale fédérale chaque année depuis plus d’une décennie, enviant le Service de police pour son « courage d’innover et d’essayer des choses difficiles ».

Conscient que la sécurité est un enjeu important à Ottawa, en raison notamment de la hausse marquée du nombre de fusillades ces dernières années, Peter Sloly dit croire en l’importance des partenariats et de la prévention pour améliorer le bilan de la criminalité. Il compte utiliser son bagage d’expériences pour faire face à ce défi. 

« C’est une ville unique, avec un contexte unique. [...] Si vous cherchez des réponses directes qui peuvent vous donner toutes les solutions que vous souhaitez, je ne suis certainement pas cette personne et je ne crois pas que celle-ci existe. Mais si vous cherchez quelqu’un qui peut apporter les meilleures idées et les meilleures personnes autour de la table pour aborder des problèmes complexes, je pense que vous pouvez me faire confiance », de dire l’homme natif de la Jamaïque, qui a précisé que la diversité et l’inclusion sont des valeurs chères à ses yeux. 

Interrogé à ce sujet, le numéro un de l’état-major du SPO dit être assez convaincu qu’il sera jugé sur ses actions et sa personnalité, et non pas sur sa couleur de peau. 

Qualifiant la journée « d’excitante pour la ville », la présidente de la Commission de services policiers, Diane Deans, a indiqué que ses collègues et elle avaient été séduits par la qualité des candidats en lice pour le poste, mais qu’il fallait inévitablement trancher et que M. Sloly était la personne idéale. 

« On a demandé directement à la population ce qu’elle attendait du prochain chef, on voulait savoir quelles étaient les priorités les plus urgentes. La liste était longue, mais on a entendu très clairement qu’il fallait que ce soit un partenaire de confiance dans la communauté », a-t-elle dit. 

Le maire Jim Watson a rencontré le nouveau patron de la police d’Ottawa quelques minutes avant sa présentation aux médias et au public, y allant d’un commentaire sur Twitter. 

« J’ai hâte de travailler avec vous et de voir vos nombreuses contributions à notre communauté. Bienvenue à Ottawa ! », a-t-il gazouillé. 

La nomination de M. Sloly survient quatre mois après le départ à la retraite de Charles Bordeleau, qui a été à la tête du SPO de 2012 à 2019. Fait à noter, le nouveau venu est un ancien combattant qui a été affecté à deux reprises à la mission de maintien de a paix de l’ONU au Kosovo. Dans un tout autre ordre d’idées, il est aussi un ex-membre de l’équipe canadienne masculine de soccer. 

Le chef adjoint Steve Bell demeurera chef par intérim jusqu’à l’entrée en fonction de M. Sloly. La date exacte n’a pas encore été fixée.