Mathieu Fortin, 32 ans, est bien connu dans la communauté francophone d'Orléans.

Un premier candidat franco dans le quartier Innes

La succession du conseiller Rainer Bloess, tant dans le quartier Innes et sur le «caucus francophone», pourrait être assurée par un jeune candidat franco-ontarien... d'adoption.
Mathieu Fortin, 32 ans, a déposé sa candidature plus tôt cette semaine. Même si son acte de naissance souligne qu'il est né à Magog, en Estrie, sa famille a déménagé à Orléans alors qu'il avait deux ans. Il baigne ainsi dans la réalité franco-ontarienne depuis cet âge et s'identifie beaucoup plus au lys et du trille qu'au fleurdelisé.
«C'est ici que j'ai bâti mon profil, mon caractère», déclare le directeur de l'agence de communication Vert et Blanc.
Cela dit, même s'il chérit l'importance du français dans la capitale nationale, «celui que l'on voit partout» dans la communauté d'Orléans rappelle que sa candidature n'est pas strictement dictée par l'aspect francophone.
«Ce n'est pas au nom de la francophonie que je me présente. Je ne suis pas nécessairement militant. Toutefois, il est important d'avoir une représentation francophone à la Ville. Et c'est évident que j'ai une excellente compréhension de la réalité d'être un francophone vivant à Ottawa.»
Le départ de la vie politique de Rainer Bloess, ainsi que du maire adjoint Steve Desroches, deux élus qui maîtrisent le français, a semé une certaine vague d'inquiétude quant au sort du français à l'hôtel de ville en ce début de période de mise en candidature. Pour l'heure, seul l'élu franco-ontarien Mathieu Fleury, ainsi que ses homologues francophiles, Stephen Blais et Tim Tierney, ont confirmé leur intention de briguer un nouveau mandat.
«Mon radar francophone va être allumé», assure M. Fortin, si jamais il est élu le 27 octobre prochain.
Le finaliste des prix Bernard-Grandmaître dans la catégorie Citoyen de l'année est bien connu dans la communauté francophone d'Orléans. Il siège au conseil d'administration du Mouvement d'implication francophone d'Orléans (MIFO) et s'est impliqué tant dans la course de boîte à savon du secteur que dans l'association communautaire de son quartier pendant plusieurs années.
«J'ai toujours travaillé avec la communauté pour la mettre en valeur. La communauté a besoin d'être valorisée. Et je veux représenter cette communauté active au sein du gouvernement municipal», explique celui qui se lance en politique pour une première fois. Un autre candidat, Roland Stieda, a déposé sa candidature dans le quartier Innes.