Le conseiller Eli El-Chantiry pourrait encore une fois détenir le poste de maire suppléant pour les quatre prochaines années.

Un maire suppléant francophile?

Le français pourrait être un élément déterminant dans le choix des prochains maires suppléants de la Ville d'Ottawa.
C'est ce qu'a laissé entendre le maire Jim Watson, lundi soir après la cérémonie d'assermentation du nouveau conseil. Même si le premier magistrat n'a pas voulu dévoiler ses intentions, il a tout de même rappelé «qu'un équilibre au chapitre des habiletés d'un conseiller ainsi que les aspects linguistiques et géographiques d'un candidat» doivent être considérés au moment de choisir ses deux remplaçants.
Le représentant du quartier Carleton Ouest-March, Eli El-Chantiry, pourrait encore une fois détenir le poste de maire suppléant pour les quatre prochaines années. Son homologue au cours du dernier mandat, Steve Desroches, devra cependant être remplacé lui qui a tiré sa révérence de la vie publique. Ce dernier s'exprimait - quoique rarement - dans un français impeccable.
Advenant que M. El-Chantiry - un conseiller de l'ouest - soit reconduit à son poste, le maire devra alors choisir un candidat capable de s'exprimer en français et qui est vraisemblablement porte-parole d'un quartier à l'est de la ville, s'il veut rester fidèle à sa philosophie.
Du nombre, l'échevin de longue date d'Orléans, Bob Monette, pourrait avoir la faveur de M. Watson.
Il ne faudrait pas être surpris toutefois par la nomination du conseiller de Cumberland, Stephen Blais, et plus particulièrement de son homologue de Beacon Hill-Cyrville, Tim Tierney, un lieutenant important du maire. D'ailleurs, le conseiller du bloc de l'est a démontré ses affinités avec le maire lundi lors de la cérémonie d'investiture alors qu'il a pris un selfie avec M. Watson après avoir signé sa déclaration d'entrée en fonction.
L'identité des divers présidents et membres de comités devrait être connue mardi prochain lors de la rencontre du comité de candidatures.