Un inventaire à jour et plus d'inspections

La Ville d'Ottawa promet de garder un inventaire à jour de ses canalisations et de mener des inspections visuelles plus fréquentes afin d'éviter d'autres incidents comme l'affaissement d'une section de la route 174 dans une bretelle de sortie du boulevard Jeanne-D'Arc, l'an dernier.
L'administration municipale ne savait apparemment pas que la conduite d'égout pluvial de tôle ondulée qui a rendu l'âme, le 4 septembre, n'était pas galvanisée sur toute sa longueur, ce qui l'a rendue plus susceptible à la corrosion. Un entrepreneur privé aurait installé le tuyau de 3,6 mètres pour le compte d'un promoteur immobilier, vers 1975, avant que l'infrastructure n'aboutisse dans les registres de l'ancien canton de Gloucester.
« Il y a tellement de matériel enfoui sous nos quelque 5000 kilomètres de route que c'est parfois difficile d'en tenir le compte. C'est pourquoi notre personnel doit mettre en place des systèmes afin d'identifier clairement ce qui se trouve
sous nos routes, au moment de la construction ou lorsqu'il faut effectuer des travaux.
Nous mettons la pression », a indiqué au Droit la conseillère Maria McRae, présidente du comité municipal de l'environnement, hier.
Enquête indépendante
Aussi, la conduite d'égout pluvial sous la sortie du boulevard Jeanne-D'Arc n'était pas suffisamment inspectée, compte tenu de son âge, sa taille, son emplacement et les matériaux avec lesquels elle était conçue, de l'avis de l'ingénieur Stephen Burns, de la firme B.M. Ross & Associés, qui a mené une enquête indépendante. La municipalité aurait dû procéder à une inspection visuelle immédiatement après l'inspection robotisée qui a révélé les premiers signes de faiblesse de la conduite, un an avant l'affaissement, selon lui.
Plus de détails dans LeDroit du 16 janvier ou sur ledroitsurmonordi.ca