Le maire Jim Watson en pleine préparation de sa propre pizza en compagnie du restaurateur Joel Braunstein et de la conseillère municipale Diane Deans.

Un guichet unique pour les restaurateurs

Se lancer en affaires est souvent loin d’être simple, en particulier dans la restauration, où d’innombrables exigences sont à respecter à la lettre. La Ville d’Ottawa souhaite donc que les nouveaux commerçants de ce domaine sentent « qu’on leur déroule le tapis rouge plutôt que de leur mettre des bâtons dans les roues ».

De passage au nouveau restaurant Score Pizza, ouvert depuis un mois au Centre Rideau, le maire Jim Watson a annoncé jeudi que le Service d’ambassadeur des entreprises, un projet pilote créé en 2013 dont l’objectif est d’offrir le soutien nécessaire aux restaurateurs afin qu’ils puissent franchir les étapes administratives plus rapidement, deviendra un outil permanent.

Grâce à ce service, auquel ont eu recours depuis cinq ans quelque 150 établissements alimentaires dont des cafés, des boulangeries et des restaurants, les gens d’affaires peuvent obtenir les conseils d’un fonctionnaire municipal qui leur est attitré ou utiliser un outil en ligne afin de mieux s’y retrouver dans le processus de demandes de permis. Lesquels sont nécessaires ? Quels sont les coûts ? À quel moment doivent-ils être demandés ? Autant de questions auxquelles ils peuvent avoir des réponses plus rapidement.

« Dépendant du plan d’affaires, je guide les entrepreneurs pour qu’ils sachent ce dont ils ont besoin. Ça les aide énormément », affirme l’agente d’informations d’entreprises, Joanne Cléroux.

D’après les données compilées par la Ville, ceux qui ont recours à ce service réussissent à franchir toutes les phases qui précèdent l’émission finale d’un permis d’affaires en moyenne 35 jours ouvrables plus rapidement que la normale.

Ne niant pas que le processus administratif peut parfois s’avérer lourd, le maire Watson estime qu’un tel concept simplifie la vie des restaurateurs.

« C’est vraiment compliqué d’ouvrir un restaurant, car il y a beaucoup d’étapes à suivre. Avec ce programme, il n’y a maintenant qu’un point de contact, c’est du one-stop shopping. [...] Pour l’instant, ça s’adresse aux restaurants, mais mon rêve est d’étendre ce service aux autres secteurs d’activité économique », a-t-il indiqué.

La Ville souhaite mousser la popularité de ce programme afin que davantage de nouveaux commerçants aient le réflexe de l’utiliser. En 2016, sur un total de 418 permis émis pour de nouveaux restaurants, à peine 10 % (43) des entrepreneurs ont eu recours à ce service. En 2017, les statistiques se sont largement améliorées alors que le quart des permis (101 sur 401) ont été délivrés à des commerces ayant bénéficié du programme.

Ayant lui-même bénéficié du programme, le propriétaire du restaurant Score Pizza, Joel Braunstein, n’en retient que du positif.

Comptant deux emplacements (Kingston et Ottawa), il planche déjà sur l’ouverture d’au moins deux autres restaurants dans la capitale fédérale, en plus d’avoir un œil sur le marché de Gatineau.

« Je voulais que les démarches soient plus simples et rapides, et ç’a été le cas. On a pu ouvrir nos portes de six à huit semaines plus tôt », a lancé l’homme d’affaires.

Ces modifications au Service d’ambassadeur des entreprises devront être approuvées prochainement par le conseil municipal.