Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a eu une longue journée, mercredi, lors de la lecture du budget préliminaire de la Ville d’Ottawa.

Un compte de taxes haussé de 3% à la Ville d'Ottawa

Les contribuables d’Ottawa doivent s’attendre en 2020 à une hausse de 3% du compte de taxes ainsi qu’à des investissements accrus dans le transport en commun, l’entretien des routes et le logement abordable advenant l’adoption à la mi-décembre du budget provisoire présenté mercredi.

Concrètement, l’augmentation envisagée de la taxe foncière représentera un montant supplémentaire de 109$ pour les propriétaires d’une maison en zone urbaine avec une évaluation moyenne de 404 000$. En milieu rural, la facture sera un peu moins importante (77$). La majoration des redevances pour les services d’eau et d’égout se traduira quant à elle par une hausse de 36$ pour les propriétés raccordées en secteur urbain et de 6$ pour celles non raccordées en milieu rural.

Le budget de la capitale fédérale s’élèvera l’an prochain à 3,76 milliards $, un accroissement de 137 millions $ (+ 4%) par rapport à 2019. Dans la colonne des dépenses, les deux plus importantes parts du budget vont aux services sociaux et communautaires (714 M$) et au transport en commun (615 M$). À l’inverse, les taxes foncières (1,76 G$) occupent sans surprise le sommet de la colonne des revenus.

Dans un discours devant le conseil municipal, le maire Jim Watson, qui s’est engagé depuis qu’il est en poste à ne pas dépasser la barre des 3% pour les hausses de taxes, a rappelé qu’Ottawa est à un point tournant de son histoire.

«Les choix que nous ferons aujourd’hui et à l’issue des prochaines discussions détermineront la voie à suivre pour que notre Ville ressemble à ce que nous voulons d’ici 10, 20, voire 50 ans», a-t-il lancé.

Parmi les autres faits saillants du budget présenté par l’administration municipale, on apprend qu’une enveloppe de 817 millions $ sera consacrée à la deuxième phase du train léger, un projet dont la facture totale se chiffre à 4,7 milliards $ et qui permettra une fois achevé d’ajouter 44 kilomètres de rail et 24 nouvelles stations au réseau.

La Ville prévoit un investissement de 70 millions $ en matière de transport en commun, qu’il s’agisse entre autres de l’amélioration du service par autobus en parallèle à la Ligne de la Confédération, du remplacement de 43 autobus en fin de vie utile, de l’achat d’autobus électriques ou de budgets alloués au laissez-passer Equipass et communautaire, destinés aux gens à faible revenu. Le tarif de ces derniers (58,25$ et 43,25$) demeurera d’ailleurs inchangé en 2020.

La Ville souhaite de nouveau allouer une somme de 15 millions $ pour le logement abordable, alors que des milliers de personnes sont sur la liste d’attente pour obtenir un toit à prix modique. Conscient que la somme est loin de permettre de régler tous les problèmes, M. Watson a rappelé que les paliers fédéral et provincial se doivent de mettre la main à la pâte en allongeant du financement.

Répétant que les chiffres auraient été bien plus sombres si le budget avait été préparé il y a six mois, faisant référence aux compressions imposées par le gouvernement provincial, le maire a avoué que les nombreuses volte-face (garderies, transferts aux municipalités, etc) ont permis de mieux respirer et par le fait même d’avoir des relations moins tendues avec les troupes de Doug Ford.

«Je ne peux pas garantir à 100% qu’il n’y aura pas de surprises, mais j’ai eu beaucoup de discussions avec les députés, ministres et même le premier ministre. J’ai un peu plus confiance maintenant, la province reconnaît que ça cause des problèmes aux villes s’il y a des coupures dans les programmes essentiels au niveau municipal», a-t-il dit.

Le budget préliminaire propose que l’enveloppe liée à l’entretien et à la réfection du réseau routier ainsi que des trottoirs soit haussée de 18%, passant de 128 à 151 millions $.

Après un très rude hiver en 2018-2019, Ottawa a cru bon de hausser de près de 8% le budget consacré au déneigement, qui devrait atteindre 78,3 millions $.

Alors que la population ottavienne est en pleine croissance, ayant franchi le cap du million d’habitants il y a quelques mois, le budget préliminaire prévoit aussi l’embauche de 30 policiers et 14 paramédics additionnels.

Le budget sera analysé dans les prochaines semaines par les comités permanents de la Ville avant de revenir à la table du conseil municipal le 11 décembre.

+

«Tension émotionnelle» à la police d’Ottawa

Le Service de police d’Ottawa (SPO) demande une augmentation de son budget d’opérations de 12,7 millions $ en 2020, notamment pour l’améliorer son service de police communautaire et investir dans le soutien moral des troupes.

Le nouveau chef de police d’Ottawa, Peter Sloly, a indiqué que depuis son entrée en poste officielle la semaine dernière, il s’est entretenu avec des dizaines de membres du corps policier et qu’il observe déjà «une tension émotionnelle à un niveau qu’il n’a jamais vu avant».

Il a ajouté que les dépenses dans le soutien moral des employés du SPO seraient le «meilleur investissement» que la Commission des services policiers pourrait faire.

Le budget provisoire du SPO comprend une dépense de 4,2 millions $ dans des programmes comme le soutien par les pairs et un accès illimité à des services d’aide psychologique.

L’augmentation de 12,7 millions $ couvre également les coûts d’embauche de 30 nouveaux policiers — 4,4 millions $. Cette hausse des dépenses serait notamment financée par une hausse de 3% de la taxe de police.