Jean-Marc Pilon fait partie des employés dont on a souligné la bravoure et le sens du devoir, mardi, à Ottawa.

Un chauffeur de Para Transpo honoré

L'après-midi neigeux du 12 décembre dernier restera longtemps gravé dans la mémoire de Jean-Marc Pilon, chauffeur de Para Transpo. Ce jour-là, l'homme qui célébrera bientôt 30 ans au sein du transporteur public a sauvé la vie d'une dame en fauteuil roulant qui avait cessé de respirer.
Le Franco-Ontarien, pour qui ses agissements n'étaient « que le travail d'un bon citoyen », fait partie des employés dont on a souligné la bravoure et le sens du devoir, mardi, lors de la 27e cérémonie annuelle de remise des prix Transecure à Ottawa. 
Ce lundi-là, M. Pilon circulait sur l'avenue Carling lorsqu'il s'est arrêté pour permettre à une passagère de descendre du minibus. Quelques secondes plus tard, l'accompagnatrice d'une quinquagénaire en fauteuil roulant qui se trouvait dans le véhicule est accourue vers lui en disant que la dame était inconsciente et semblait avoir arrêté de respirer. Il a immédiatement communiqué avec le centre des opérations pour que les services d'urgence soient appelés. Puisque les minutes étaient comptées, il a débuté des manoeuvres de réanimation cardiorespiratoire (RCR). 
« Je ne l'ai même pas couchée par terre, elle était déjà un peu inclinée dans sa chaise. J'ignore combien de temps ça m'a pris, car j'étais sur l'adrénaline, mais elle a fini par respirer avant que les paramédics n'arrivent et ne continuent les manoeuvres. Je lui disais de rester parmi nous. Je suis heureux que ça se soit bien terminé, parce que ça aurait pu prendre une tournure dramatique. [...] Ce n'est pas tous les jours qu'on peut dire qu'on sauve une vie, alors je me sens bien, sauf que je ne tiens pas à le revivre d'aussitôt », raconte-t-il, se remémorant les faits comme si c'était hier. 
Jean-Marc Pilon, qui a suivi un cours de RCR en 2015, n'a pas revu la femme à qui il a sauvé la vie, mais il sait qu'elle se porte mieux et que l'un de ses fils la visite. 
« Si je la rencontrerais de nouveau, je lui dirais que je suis content qu'elle soit parmi nous, qu'elle soit auprès de sa famille », lance M. Pilon.
En sandales dans la neige
Une quinzaine d'autres employés d'OC Transpo ont été honorés lors de la cérémonie qui se déroulait au Centre des arts Shenkman, dont Frank, nommé employé de l'année Transecure pour 2016. En novembre, ce dernier a aperçu à un arrêt d'autobus une jeune femme qui n'avait aux pieds que des sandales de plage, alors que le froid sévissait et que de 15 à 25 cm de neige étaient attendus. Mise à la porte, elle n'avait pas eu le temps de s'habiller convenablement et avait été contrainte de marcher sur une longue distance. L'employé lui a offert un refuge au chaud dans son véhicule jusqu'à ce que des agents de sécurité viennent l'escorter.