La Ville d’Ottawa et L’Alliance pour mettre un terme à l’itinérance à Ottawa demandent l’aide du public pour trouver une centaine de logements abordables pour héberger des familles sans toit.
La Ville d’Ottawa et L’Alliance pour mettre un terme à l’itinérance à Ottawa demandent l’aide du public pour trouver une centaine de logements abordables pour héberger des familles sans toit.

Trouver 100 logements abordables en deux mois, le défi de la Ville d'Ottawa

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
La Ville d’Ottawa et L’Alliance pour mettre un terme à l’itinérance à Ottawa demandent l’aide du public pour trouver une centaine de logements abordables pour héberger des familles sans toit.

En raison de la pandémie de COVID-19, un plus grand pourcentage de résidents d’Ottawa ont décidé de rester dans leur logement actuel cette année, ce qui a réduit encore davantage le taux d’inoccupation des logements dans la capitale fédérale, explique le gestionnaire du programme de lutte contre l’itinérance et des services résidentiels de la Ville, Paul Lavigne.

«En janvier 2020, le conseil municipal a déclaré une situation d’urgence et de crise en matière de logement abordable et d’itinérance. La pandémie a aggravé la situation en privant plusieurs résidents d’un accès à un logement», explique M. Lavigne.

Les propriétaires de logements vacants sont invités à visiter le site web blitzpourlelogementottawa.ca pour obtenir de l’information sur cette initiative qui pourrait leur permettre de louer leurs unités inoccupées. En fin d’après-midi lundi, deux logements avaient déjà été offerts à la Ville.


« La plus grosse demande est pour des appartements avec une chambre ou les studios, mais on en cherche aussi avec deux ou trois chambres pour héberger des familles. »
Paul Lavigne

«L’accès à un domicile est la première ligne de défense contre le virus, souligne Paul Lavigne. C’est notre première fois à lancer un appel comme celui-ci. […] Avec nos partenaires, nous sommes très excités de lancer cette initiative. On espère de bons résultats.»

Avec ce registre de logements disponibles — en partenariat avec des organismes qui offrent du soutien aux personnes en situation d’itinérance —, la municipalité offrira un endroit où vivre et de l’aide au loyer à des ménages admissibles.

«La plus grosse demande est pour des appartements avec une chambre ou les studios, mais on en cherche aussi avec deux ou trois chambres pour héberger des familles. Les besoins sont nombreux», explique M. Lavigne.

Rappelons que lorsque le conseil municipal a déclaré une situation d’urgence et de crise en matière de logement abordable et d’itinérance, la Ville s’est aussi donné l’objectif de créer 8500 nouveaux logements abordables d’ici 2030.

Avec cette initiative, la Ville d’Ottawa et l’Alliance pour mettre un terme à l’itinérance se sont donné l’objectif de trouver 100 logements d’ici la fin du mois de septembre.