Les trottinettes électriques en libre-service feront leur apparition dans les rues de la capitale cet été.
Les trottinettes électriques en libre-service feront leur apparition dans les rues de la capitale cet été.

Trottinettes en libre-service à Ottawa cet été

La Ville d’Ottawa se dirige vers un projet pilote pour intégrer des trottinettes électriques en libre-service dès cet été.

Depuis le 1er janvier, ces petits véhicules peuvent circuler en Ontario dans le cadre d’un essai de cinq ans. Le choix était toutefois laissé aux municipalités de participer ou non à ce projet pilote et certaines règles doivent être respectées comme le port obligatoire du casque et être âgé d’au moins 16 ans.

Le plan de la Ville d’Ottawa va plus loin que les exigences de la province en abaissant la limite de vitesse de ces trottinettes de 24 km/h à 20 km/h. La circulation est interdite sur les trottoirs et seuls les sentiers polyvalents, les pistes cyclables et les routes où la limite de vitesse est de 50 km/h peuvent être employés sur une trottinette électrique.

L’administration aura également le mandat de trouver des entreprises volontaires pour que 600 trottinettes en libre-service soient disponibles dans certains secteurs de la ville cet été.

Éviter l’échec d’autres villes

Dans sa présentation au Comité des transports de la Ville d’Ottawa mercredi, l’administration dit avoir tenté de tirer des leçons des expériences peu concluantes d’autres municipalités en Amérique du Nord avec les trottinettes électriques en libre-service.

À Montréal, des trottinettes ont été abandonnées sur les trottoirs.

Montréal a notamment mis fin à l’expérience après un seul été puisqu’une grande majorité d’utilisateurs laissaient les petits véhicules dans des endroits non appropriés, ce qui devient parfois un enjeu pour les personnes à mobilité réduite.

«Nous avons étudié le résultat des projets pilotes en Amérique du Nord, explique le directeur du service des emprises, du patrimoine et du design urbain, Court Curry. Nous en sommes venus à la conclusion que 600 trottinettes est un bon nombre pour commencer.»

Pour limiter ces problèmes, la Ville exigera que les fournisseurs offrent des options mobiles et téléphoniques pour rapporter la présence d’une trottinette dans un emplacement indésirable. Si l’entreprise ne les déplace pas assez rapidement, la municipalité pourrait confisquer des véhicules.

Les trottinettes devront également être munies d’un système de géolocalisation qui les empêcherait de fonctionner dans des zones interdites prédéterminées par la Ville et le fournisseur du service.