Le maire Jim Watson croit que le nouvel échéancier du train léger sera respecté. Il a d’ailleurs pu voir l’état des travaux lors d’une visite de deux stations.

Travaux du train léger: une visite a convaincu Watson

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, dit avoir bon espoir que le consortium de constructeurs de la Ligne de la Confédération respectera son plus récent échéancier après qu’il eut visité cette semaine des stations souterraines de l’O-Train.

M. Watson a eu l’occasion d’examiner l’état d’avancement des travaux aux stations Lyon et Rideau lors d’une balade dans un des trains légers, mardi.

« Tout est terminé à la station Lyon. Nous avons pris le train et nous sommes sortis à la station Rideau où nous avons passé un bout de temps à regarder autour. Nous avons vu les images prises il y a six mois, et il y a tout un monde de différence. Il semble y avoir très peu de travail à faire à la station Rideau. Nous avons ensuite repris le train jusqu’à la station Tremblay, à la gare VIA Rail. Le train fonctionnait très bien. Il faisait très froid avec beaucoup de neige, mais ça roulait en douceur. En ayant été là en personne, je suis plus optimiste que ces stations seront prêtes pour la livraison de la Ligne de la Confédération à la fin de mars », a expliqué le maire Watson, jeudi.

Bien que les citoyens soient en mesure de voir encore beaucoup d’équipement et de matériaux à des stations comme Bayview et Pimisi, ces stations en seraient à l’étape du nettoyage, selon le maire Watson.

Le consortium Rideau Transit Group devait initialement remettre la Ligne de la Confédération à la Ville en mai 2018. La livraison du projet de 2,1 milliards $ a toutefois été repoussée à novembre 2018 et ensuite au plus tard au 31 mars de cette année.

L’affaissement de la chaussée sur la rue Rideau en juin 2016 a été souvent cité comme un obstacle majeur à la progression des travaux.

Le maire d’Ottawa a tenu à préciser que le projet, qui s’étend sur 12,5 km, en est un complexe et d’envergure. Sa visite du tunnel sous le centre-ville lui a notamment permis d’examiner les immenses infrastructures de ventilation en cas d’incendie.

« Il y a eu des défis pour rencontrer les tombées, et je comprends pourquoi. Ce n’est pas un système avec une clé Allen qu’on achète chez Ikea. C’est un système très, très technique, à la fine pointe, qui comporte plusieurs défis », a souligné le maire, tout en rappelant que le tunnel passe sous le canal Rideau.

Le magistrat prévient qu’il pourra y avoir des ratés une fois lorsque la ligne sera opérationnelle.

Il a rappelé que la ligne Trillium de l’O-Train a été en panne cette semaine et qu’il y a eu aussi des problèmes avec la signalisation dans le métro de Toronto.

Des problèmes techniques sont donc à anticiper lorsque la Ligne de la Confédération sera en fonction.

« Nous avons des plans pour s’ajuster et des autobus à mettre sur la route. Ça ne sera pas parfait, mais j’ai très confiance que le système sera très bien reçu du public », a-t-il avancé.

Une fois que Rideau Transit Group aura remis les clés de l’O-Train à la Ville, cette dernière procédera à certains tests et à la formation du personnel pendant environ un mois avant que le train léger entre en fonction.