La Ville d'Ottawa doit en principe recevoir les clés du train léger au plus tard le 31 mars.

Transport en commun: de gros problèmes de fiabilité, selon Manconi

Beaucoup d’espoirs reposent sur la mise en service du train léger sur rail (TLR) pour améliorer le système de transport en commun à Ottawa.

« Nous avons un problème de fiabilité horrible, a admis le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, mercredi devant les membres de la Commission du transport en commun. Je ne cherche pas d’excuses. J’ai besoin que le train léger soit opérationnel. »

Plusieurs délégations se sont adressées aux élus afin de plaider pour une amélioration du service et pour les implorer de geler les tarifs pour une plus longue période.

Le conseil a déjà voté en faveur pour un gel de tarifs jusqu’au 1er juillet. Selon le plan présenté mercredi, une hausse de 2,5 % est prévue dès la fête du Canada.

De son côté, le maire Jim Watson ne croit pas qu’un gel prolongé soit une bonne option.

« C’est nécessaire pour nous de ne pas geler les taux parce qu’il faut améliorer le service et ça coûte de l’argent. Si on gèle les taux, on n’aura pas l’argent pour améliorer les routes et les services aux clients », affirme le maire.

Bien que l’année 2019 sera marquée par la mise en service du train léger, la date officielle n’est toujours pas connue étant donné que la Ville estime qu’elle ne recevra pas les clés de la Ligne de la Confédération avant le 31 mars comme prévu. 

OC Transpo prévoit 97,8 millions de déplacements cette année, soit une hausse de1,5 % par rapport à l’an dernier. 

L’augmentation s’explique par un « meilleur service lié au lancement de l’O-Train, l’expansion du service d’autobus et la suppression des répercussions engendrées par les déviations », peut-on lire dans le budget provisoire présenté à la Commission du transport en commun.

Le transporteur public propose d’investir cinq millions de dollars dans son budget provisoire afin de bonifier plusieurs routes dès la mise en service du train léger. Cette enveloppe représente près de 45 000 heures de services supplémentaires et toucherait 30 trajets en plus de réduire le temps d’attente. 

Les membres de la Commission ont adopté le budget de 574,8 millions de dollars. Toutefois, les conseillères Theresa Kavanagh et Catherine McKenney s’y sont opposées. L’ensemble des élus doivent voter sur la proposition d’OC Transpo lors de la réunion du 6 mars.

+

Watson croit que la neige ne sera pas un obstacle

L’hiver entraîne son lot de défis pour les tests devant mener à la mise en service du train léger, mais le maire d’Ottawa croit que la période hivernale n’est pas seulement difficile pour le train et qu’il est normal que des difficultés soient rencontrées.

Les mises à l’essai sur la Ligne de la Confédération n’ont pas repris depuis la tempête du 13 février qui a laissé plus de 30 cm de neige sur la capitale, révélait Radio-Canada mercredi. Des informations qui n’effraient pas le premier magistrat. Ce dernier rappelle que des tests sont faits pour éviter que cette situation se reproduise lorsque le train léger sera mis en service.

« Les voitures, les autobus et les trains sont restés pris à cause de la neige, souligne M. Watson. C’est pourquoi on fait des tests pour s’assurer qu’il n’y aura pas de problème quand le projet sera livré plus tard cette année. »

Le maire rappelle que lorsque le service sera en fonction, la situation sera différente. 

« S’il y a beaucoup de neige une journée on va utiliser les trains 24 heures par jour pour nettoyer les rails », précise-t-il.