Transition vers le train léger: 345 mises à pied chez OC Transpo

Forcé de réduire ses effectifs pour tout ce qui touche le transport en autobus, OC Transpo avisera 345 employés d’ici vendredi prochain qu’ils perdront leur emploi à la fin de l’automne.

Dans une note de service rédigée lundi, le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, explique que l’entrée en scène du train léger entraîne une réduction de 500 000 heures par année pour le service d’autobus.

«Ce changement réduira aussi le nombre d’employés nécessaires pour exploiter, entretenir et perpétuer les services d’autobus d’OC Transpo», écrit M. Manconi.

Initialement, OC Transpo prévoyait devoir licencier 480 employés. Depuis 2016, l’organisation a réussi à diminuer ce nombre à 345 grâce au travail effectué en collaboration «avec les partenaires syndicaux, les Ressources humaines et les Relations de travail». Le transporteur a notamment incité ses travailleurs à postuler sur les nouveaux emplois créés par la création de la ligne 1 de l’O-Train, ainsi qu’en ne «pourvoyant pas les postes vacants dans la mesure du possible».

Les travailleurs qui recevront l’avis de congédiement resteront en fonction jusqu’au 1er décembre. Ils seront également conviés à des séances d’information et de soutien pour les appuyer durant cette période de transition.

«OC Transpo s’engage à fournir à ses employés les outils et les ressources dont ils auront besoin pendant cette période difficile, soutient John Manconi dans sa note de service. Des trousses d’information seront distribuées lors des séances, et des représentants du Programme d’aide aux employés de la Ville, du Réseau de l’appui des pairs d’OC Transpo, des Ressources humaines et des partenaires syndicaux seront présents pour répondre aux questions des employés. Des ressources sur les techniques d’entrevue, des formations en planification de carrière, des programmes de soutien confidentiel et d’autres outils seront aussi offerts.»