Le concept de la boucle entre les centres-villes d’Ottawa et de Gatineau pour le projet de tramway est toujours une option, selon le conseiller Mathieu Fleury.
Le concept de la boucle entre les centres-villes d’Ottawa et de Gatineau pour le projet de tramway est toujours une option, selon le conseiller Mathieu Fleury.

Tramway de la STO: le tunnel ou la boucle, dit Mathieu Fleury

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Comme l’administration de la Ville d’Ottawa, le conseiller de quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, considère que l’option du tunnel sous la rue Sparks est à privilégier pour le projet de tramway de la Société de transport de l’Outaouais (STO). Il garde toutefois une porte ouverte au concept de boucle entre les deux centres-villes.

Dans une déclaration publiée sur son site web vendredi, M. Fleury soutient qu’il souhaite que le projet de la STO pour l’ouest de Gatineau et son arrimage au réseau d’OC Transpo permette d’abord et avant tout d’éliminer la circulation lourde sur la rue Wellington. Il n’est donc pas enthousiaste à l’idée que les autobus de la STO soient remplacés par un tramway.

«Étant donné que les édifices du Parlement se trouvent sur la rue Wellington, je ne crois pas que nous devrions envisager un plan qui favoriserait l’accès au joyau de notre capitale nationale, à moins qu’il comprenne une boucle», explique Mathieu Fleury.

Cette prise de position vient quelques jours avant le dépôt d’un rapport de l’administration de la Ville d’Ottawa au Comité des transports.

Le conseiller Mathieu Fleury

Le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, et la directrice de la planification des transports, Vivi Chi, y recommandent que les élus «approuvent l’option du tunnel de la rue Sparks comme solution optimale pour le couloir du tramway de la STO à Ottawa».

L’administration recommande également une approbation conditionnelle de l’option du tramway en surface, si la STO n’obtient pas le financement souhaité pour le tunnel sous Sparks.

Selon ce rapport de M. Manconi et Mme Chi, avant d’aller de l’avant avec le tramway sur Wellington, la STO devrait notamment assurer le maintien de l’accès à la Cité parlementaire, réaliser une étude d’impact sur la circulation et préparer un plan d’atténuation de son service en cas d’une fermeture de la rue Wellington — pour une manifestation, par exemple. Le conseiller de Rideau-Vanier demeure toutefois opposé à ce second scénario puisqu’il mettrait en péril les plans de la Ville d’Ottawa pour le transport actif sur Wellington. Le concept de boucle est pour lui le seul modèle acceptable d’amener un tramway en surface au centre-ville de la capitale fédérale.

«La proposition d’une boucle est avantageuse pour les résidents des deux municipalités, car elle relierait le transport en commun par les centres-villes d’Ottawa et de Gatineau, écrit Mathieu Fleury. Pour considérer sérieusement le projet de la STO […], ce plan doit appuyer les mesures qui profitent aux usagers de la STO, aux clients d’OC Transpo et aux touristes qui visitent la capitale.»