Les tests de mise en fonctionnement devant mener à la mise en service du train léger ne semblent pas sur le point de débuter.

Train léger: nouvelle embûche pour le projet

La construction du train léger d’Ottawa n’est pas achevée, selon le certificateur indépendant (CI) qui évalue le projet de 2,1 milliards de dollars.

Ce qui fait en sorte que les tests de mise en fonctionnement de 12 jours consécutifs, devant mener à la mise en service du train, ne sont pas sur le point de débuter. 

« En gros, le CI est du même avis que la Ville et conclut que RTG n’a pas rempli les critères d’achèvement substantiel des travaux. Il convient également que des travaux supplémentaires sont nécessaires. Malgré cette évaluation, il est important de noter que RTG poursuit les travaux dans le but de régler les problèmes dans l’ensemble du réseau de la Ligne de la Confédération », écrit Michael Morgan, directeur du programme de construction du train léger dans une note de service transmise aux élus mercredi après-midi.

À LIRE AUSSI

Train léger: pas de nouvelle date de lancement

Déraillement d'un wagon du train léger d'Ottawa

Le certificateur indépendant recommande la tenue d’une réunion entre la Ville et RTG afin de discuter des questions soulevées dans l’évaluation. 

M. Morgan ne précise pas la nature des critères inachevés.

Le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, a indiqué mercredi matin que les représentants de la Ville et de RTG se sont rencontrés mardi.

« Nous sommes alignés quant à la voie à suivre », confie-t-il sans préciser l’objet des discussions.

Le consortium est tenu de fournir à la Ville et au certificateur un plan de mesures correctives dans un délai de cinq jours ouvrables et devra soumettre une nouvelle date d’achèvement substantiel des travaux par la suite. 

La municipalité et RTG se partagent à parts égales les coûts du CI.

Vendredi dernier, M. Manconi avait soulevé des inquiétudes quant à la flotte de 34 trains révélant qu’elle connaissait des « problèmes normaux », comme une porte coulissante défectueuse. 

Il a ajouté que selon lui, RTG ne répondait pas à tous les critères pour atteindre la phase d’achèvement substantiel des travaux. 

Il a indiqué que si les problèmes liés aux trains sont réglés, l’objectif de remettre les clés du projet à la Ville avant la fin du mois de juin est envisageable.

« S’ils respectent la date, on aura un lancement pendant l’été », indiquait M. Manconi.

Rappelons qu’initialement, la phase 1 du train léger devait être opérationnelle le 24 mai 2018. L’échéancier a ensuite été revu au 2 novembre avant d’être repoussé au 31 mars 2019. Finalement, le projet doit être livré avant le 30 juin et la date officielle n’a pas encore été dévoilée. 

Une fois que la Ville obtiendra les clés du tracé de 12,5 km, un délai de trois à quatre semaines sera nécessaire avant d’effectuer un lancement pour le grand public.

Le maire Jim Watson n’a pas commenté le dossier mercredi.