La mise à jour des travaux de stabilisation de La ligne de la Confédération devrait être déposée au conseil municipal la semaine prochaine.
La mise à jour des travaux de stabilisation de La ligne de la Confédération devrait être déposée au conseil municipal la semaine prochaine.

Train léger: ça passe ou ça casse pour RTG

Le conseil municipal recevra mercredi une mise à jour des progrès réalisés par le Groupe de transport Rideau (RTG) vers la stabilisation de la Ligne de la Confédération.

Cette présentation risque d’avoir lieu à huis clos, selon le conseiller d’Alta Vista et vice-président de la Commission du transport en commun d’Ottawa, Jean Cloutier.

La dernière fois qu’une séance d’information pour les élus au sujet de l’O-Train s’est tenue à huis clos, c’était en mars dernier. À la sortie de cette réunion confidentielle, le maire avait annoncé que la Ville envoyait un avis de manquement à RTG pour lui signifier qu’elle considérait que l’entreprise ne remplissait pas ses obligations dans le cadre de l’entente de projet.

Le consortium avait alors eu environ trois semaines pour présenter un plan et un échéancier détaillés pour réparer les problèmes récurrents de la Ligne de la Confédération. Après réception de ce plan d’action, la municipalité a exprimé son insatisfaction, notamment à l’idée de devoir attendre en 2021 avant que l’ensemble des problèmes soient réglés.

À LIRE AUSSI: O-Train: la Ville d’Ottawa insatisfaite du plan de RTG

Ligne de la Confédération: première étape vers la résiliation du contrat de RTG

M. Cloutier rappelle d’ailleurs que la Ville a permis à RTG de profiter de la baisse d’achalandage due à la pandémie de COVID-19 et de fermer la Ligne 1 de l’O-Train à plusieurs reprises au cours des derniers mois.

« Je m’attends à ce que RTG et RTM [Rideau Transit Maintenance, une filiale de RTG] tirent avantage des heures d’entretien qui leur sont offertes, affirme Jean Cloutier. Je m’attends à ce qu’à la fin du mois d’août, on ait une performance bien meilleure du système. »

Nouvelle direction

Le départ vendredi du président-directeur général (P.-D.G.) de RTG et RTM, Peter Lauch, et l’entrée en scène de ses remplaçants ne risque pas d’acheter beaucoup de temps à l’entreprise pour régler les problèmes de la Ligne de la Confédération.

Le 30 juin dernier, RTG a annoncé la nomination de l’ex-chef de la direction financière du projet PPP du pont Samuel-de-Champlain à Montréal, Nicolas Truchon, à titre de P.-D.G. de RTG, tandis qu’un ancien membre de la direction de la Toronto Transit Commission et du New York City Transit, Mario Guerra, deviendrait chef de la direction de RTM.

« Est-ce que ça va changer quelque chose ? Je l’espère, lance M. Cloutier. Dans le contrat que nous avons avec RTG et RTM, par contre, on demande de la fiabilité et une disponibilité des trains pour les usagers d’OC Transpo. »

« On se fout un peu de qui sont les organisations derrière tout ça. Nous avons un contrat avec un groupe et c’est important qu’ils livrent la marchandise », renchérit le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury.

Le conseiller Mathieu Fleury

Ce dernier précise que si RTG a pu bénéficier d’une période de grâce, ce n’est pas après la nomination de nouveaux membres de sa direction, mais plutôt pendant la pandémie de COVID-19 où une forte baisse d’achalandage favorisait la réalisation d’importants travaux d’entretien des trains.

+

ROUES FISSURÉES DE L'O-TRAIN: LE BST ENQUÊTERA

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) a avisé OC Transport vendredi qu’elle souhaite enquêter sur l’enjeu des roues fissurées du train léger qui s’est révélé la semaine dernière.

L’enquête en est une sur un événement de catégorie 3, dit le BST. Sur son site web, le Bureau indique que les événements de catégorie 3 peuvent «avoir des conséquences importantes qui suscitent un grand intérêt de la part du public» et il «pourrait y avoir de nombreuses pertes de vies ou des blessures graves».

«Il est probable de tirer de nouvelles leçons de sécurité et d’améliorer la sécurité des transports en réduisant les risques menaçant les personnes, les biens et l’environnement. L’événement requiert une enquête approfondie», peut-on également lire sur le site web du BST à propos des événements de catégorie 3.

À LIRE AUSSI: O-Train à Ottawa: fissure dans une roue en acier

Roues fissurées: service réduit sur la Ligne de la Confédération

Dans une note interne, le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, tient à rassurer le conseil municipal en affirmant que «la sécurité des usagers demeure une priorité pour le service des transports en commun».

«Je tiens à informer le conseil que la Ville et le Groupe de transport Rideau […] disposent d’un système global de gestion de la sécurité un régime législatif avec une autorité déléguée par Transport Canada», écrit M. Manconi.

Ce dernier réitère également que chaque roue fait l’objet d’une inspection individuelle avant que les trains soient mis sur rail.

Le directeur général d’OC Transpo ne précise pas si l’enquête du BST aura un impact sur le service de la Ligne 1 de l’O-Train.