Le maire d'Ottawa, Jim Watson et Larry O'Brien, ancien maire de la Ville d'Ottawa du 1er décembre 2006 au 30 novembre 2010, accueillent des passagers.

Train léger à Ottawa: «Ça change la ville pour toujours» [PHOTOS]

La venue d’un train léger sur rail fonctionnel à Ottawa « change la ville pour toujours ».

Ce sont les propos qu’a tenus le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, samedi après-midi, quelques minutes après avoir embarqué dans le train léger pour son trajet inaugural. « Les économies du 21e siècle ont besoin d’un système de mobilité du 21e siècle, et c’est exactement ce qu’on a avec le train léger, dit-il. Ces trains-là peuvent supporter de 30 à 50 ans de croissance en termes de capacité. »

M. Manconi est convaincu que ce projet évalué à 2,1 milliards de dollars laissera un héritage remarquable dans la ville d’Ottawa.

« Dans 50 ans, quelqu’un va se dire : “Quelqu’un a fait quelque chose de très bien pour positionner cette ville, à tout jamais” », laisse-t-il tomber.

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, soutient par ailleurs que le train léger permettra à plusieurs résidents de se déplacer « dans différents secteurs de la ville où ils n’avaient jamais envisagés aller auparavant ».

« Quand j’allais à l’université Carleton, dit-il, le grand désir était de se procurer un logement sur l’avenue Sunnyside afin de pouvoir se rendre à l’école à pieds. Maintenant, avec le train léger, les gens peuvent se rendre au sud, à l’est ou à l’ouest, se trouver un logement moins dispendieux, et embarquer à bord du train pour se rendre sur le campus. »

« Je pense que le train léger ouvre un monde de possibilités en termes de développements », ajoute M. Watson.

Modérer les attentes

Le maire d’Ottawa veut toutefois tempérer quelque peu l’enthousiasme et les attentes du public.

« Un jour, que ce soit la semaine prochaine, l’autre d’après, ou l’année prochaine, il y aura une urgence médicale, un bris électrique, ou un autre problème avec le système, indique M. Watson. Tous les systèmes d’envergure en Amérique du Nord font face à des défis. Parfois, il arrive même que le métro de Montréal doive fermer. On veut minimiser ces situations et c’est pour ça qu’on a fait beaucoup de tests. »