Les nombreux retards de la mise en service du train léger ont eu un impact positif sur les ressources humaines alors qu’aucun poste de chauffeur n’aura été aboli.

Train léger à Ottawa: aucun congédiement chez OC Transpo

Les 16 mois de retard du train léger auront finalement eu un impact positif sur la main-d’œuvre d’OC Transpo. Aucun poste de chauffeur n’aura à être aboli.

L’annonce vient du directeur général d’OC Transpo, John Manconi, dans une note de service envoyée aux membres de la Commission du transport en commun d’Ottawa.

« Le syndicat touché sera informé [jeudi] que les avis de cessation d’emploi des employés délivrés en 2018 sont annulés », écrit M. Manconi.

En juillet 2018, OC Transpo prévoyait abolir 345 postes en lien avec la mise en service du train léger, puisque la Ligne de la Confédération entraînerait une réduction de 500 000 heures par année pour le service d’autobus. Ce chiffre avait plus tard été légèrement réduit à 339.

À LIRE AUSSI: Un tout nouveau réseau de transport en commun à Ottawa [PHOTOS]

Train léger: une opportunité de redéveloppement au centre-ville d'Ottawa

Lors de l’envoi initial des avis de congédiement, on prévoyait lancer le train léger au courant de l’automne 2018. Les nombreux mois de retard ont offert « d’autres occasions de réduire le nombre d’employés touchés », soutient John Manconi.

« En continuant de gérer soigneusement les postes vacants, les départs à la retraite, et en respectant les exigences en matière d’affectation des ressources nécessaires aux initiatives proposées dans le budget provisoire de 2020 [...], nous pouvons vous informer que la réduction totale des emplois à temps plein abolis sera de 201 », affirme le directeur général d’OC Transpo.

Les initiatives qui doivent être financées dans le budget 2020 de la Ville d’Ottawa sont une expansion du service d’autobus, des améliorations à la fiabilité du réseau et au service de Para Transpo. Les 138 détenteurs de postes à temps plein qui restent à être abolis seront réaffectés à ces nouveaux services.