Plusieurs élus s’interrogent sur les risques encourus par la Ville si le système n’est pas entièrement testé dans des conditions hivernales.

Train léger : les essais hivernaux non concluants

Les accumulations de neige records cet hiver ont causé du fil à retordre lors des essais sur la Ligne de la Confédération. Plusieurs élus s’interrogent sur les risques encourus par la Ville si le système n’est pas entièrement testé dans des conditions hivernales, puisque tout indique que les clés seront remises entre le 1er avril et le 30 juin.

Plusieurs conseillers ont profité de la mise à jour mensuelle sur le train léger, mardi, afin de poser des questions sur les problèmes encourus lors des conditions hivernales extrêmes.

Le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, a indiqué aux élus que le Citadis, le modèle de train fabriqué par Alstom, roule dans d’autres villes nordiques comme Moscou et Saint-Pétersbourg.

À LIRE AUSSI: Autre délai pour la mise en service du train léger

« Ces villes n’ont pas des accumulations de neige comparables à Ottawa, mais le point important c’est de réussir à dégager les rails et à enlever la neige », soutient-il.

Les véhicules ont été testés dernièrement au laboratoire du Conseil national de recherches du Canada afin de s’assurer qu’ils fonctionnaient dans des températures allant jusqu’à - 40 degrés Celsius.

Le consortium Groupe de transport Rideau (RTG) a un contrat de 30 ans avec sa filiale Rideau Transit Maintenance (RTM) pour assurer l’entretien hivernal des équipements.

RTM a modifié son plan d’entretien hivernal et a fait l’acquisition d’équipement additionnel. 

Lors de bordées de neige importantes, le plan est de déployer plusieurs véhicules afin de permettre le dégagement des voies.

Concernant le train qui est resté coincé sur la Ligne de la Confédération récemment et qui a dû être remorqué, M. Manconi indique que l’incident est dû à l’accumulation importante de neige et non au design du véhicule. 

Une situation qui ne devrait pas se reproduire lorsque les trains circuleront en permanence d’un bout à l’autre du trajet de 12,5 km.