Toujours pas de contrat pour Plasco

Une entente finale entre la Ville d'Ottawa et l'entreprise Plasco Energy Group se fait toujours attendre, près d'un an après que le conseil municipal eut donné le feu vert à la ratification d'un contrat de 20 ans pour la «gazéification» de près de 110000 tonnes d'ordures ménagères par année.
Élus et fonctionnaires municipaux ont très peu d'explications quant à la lenteur du processus, alors qu'une entente semblait imminente, à pareille date, l'an dernier. Le mot d'ordre est désormais: «en temps et lieu».
«En décembre dernier, lorsque mon comité s'est réuni de façon extraordinaire pour parler (d'une entente avec Plasco), je sentais une urgence d'agir pour que le conseil municipal puisse passer au vote avant la fin de l'année. Certainement, les gens de Plasco eux-mêmes nous disaient qu'ils étaient prêts, qu'ils pouvaient faire une annonce en mars», a déclaré la conseillère Maria McRae, présidente du comité municipal de l'environnement.
L'administration municipale et les dirigeants de Plasco seraient toujours en train de négocier un contrat.
«Des contrats à long terme de cette nature sont complexes à négocier. Nous travaillons de façon très minutieuse avec Plasco pour nous assurer que les intérêts de toutes les parties sont bien protégés et, évidemment pour moi, que les intérêts des contribuables sont bien protégés», a insisté Dixon Weir, le gestionnaire municipal des services environnementaux.
Les négociations seraient véritablement sur le point d'aboutir, selon Mme McRae. Le contrat pourrait être signé «avant la fin de l'année», a-t-elle laissé entrevoir.