Une femme dans une mosquée d'Ottawa.

Surveillance accrue près des mosquées d'Ottawa et Gatineau

La sécurité aux abords des mosquées d’Ottawa et Gatineau est resserrée. Les deux services de police ont fait cette annonce dans la foulée des fusillades survenues dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

«Des événements de ce type nous bouleversent tous, et nous réalisons quelles graves répercussions ils ont au coeur de plusieurs de nos diverses collectivités. Les membres du Service de police d’Ottawa sont résolus à assurer votre sûreté et votre sécurité, et nous avons accru notre vigilance et notre présence dans les centres religieux locaux», écrit Charles Bordeleau, chef de police d’Ottawa, dans une lettre qu’il a publiée sur les réseaux sociaux.

Ce dernier ajoute qu’aucun groupe de la capitale fédérale ne serait lié aux suspects en Nouvelle-Zélande.

Il rappelle que la présence policière permet d’assurer la sécurité du public, mais aussi d’éviter de telles situations.

«La possibilité d’un acteur isolé imitateur est toujours un sujet de préoccupation. Il a été démontré que la seule présence policière avait un effet décisif sur le fait de décourager les assaillants d’acteurs isolés», relate le chef de police.

Il encourage les citoyens à contacter le 911 en cas d’urgence ou d’un crime mettant des vies en péril. 

Du côté de Gatineau, la présence policière est accrue près des mosquées aux heures de prières. Une pratique qui était déjà en vigueur depuis un certain moment.

«On effectuait déjà des surveillances sporadiques près des mosquées. On rend la surveillance plus accrue considérant les événements de la journée», confie Renée-Anne St-Amant, porte-parole du Service de police de la Ville de Gatineau.