Le comité de parents SOS Beausoleil craint justement que la Ville se départisse de la garderie Beausoleil et que l'on refile la note au secteur privé.

SOS Beausoleil déplore la position du conseiller Fleury

Le porte-parole du comité pour la sauvegarde du Centre éducatif Beausoleil accuse le conseiller du quartier Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, de cautionner la disparition d'une des deux seules garderies francophones municipales d'Ottawa.
Le porte-parole du mouvement SOS Beausoleil, Étienne Trépanier, réagissait à une lettre datée du 4 août dans laquelle M. Fleury évoquait l'impossibilité de relocaliser la garderie à compter du 31 août prochain, date à laquelle d'importants travaux de rénovation doivent se faire à l'édifice situé sur la rue York, près du marché By. Le comité SOS Beausoleil réclame la relocalisation du centre éducatif pendant la durée des travaux estimée à un an.
«La Ville a déterminé que le délai était trop court pour déménager. La meilleure façon d'assurer la sécurité des enfants, des familles et du personnel était de transférer les places aux programmes existants dans le quartier dont la limite de places agréées n'était pas encore atteinte», peut-on lire dans la lettre du conseiller Fleury.
Les explications du conseiller n'ont pas convaincu le porte-parole de SOS Beausoleil.
«Votre réponse laisse entendre que vous cautionnez totalement la disparition d'un service municipal important dans votre quartier, soit une garderie municipale offrant 49 places 100% francophone, dont 45 sont subventionnées», réplique M. Trépanier dans une lettre expédiée hier à l'élu de Rideau-Vanier.
M. Trépanier invite le conseiller Fleury à répondre à une série de sept questions relatives à l'avenir de ce centre éducatif.
mbrunette@ledroit.com