Le premier ministre Doug Ford a rencontré le maire d'Ottawa, Jim Watson, mardi.

Services en français: Watson a peu d’espoir que Ford revienne sur sa décision

Le maire d’Ottawa ne croit pas que le premier ministre de l’Ontario reviendra sur sa décision de couper dans les services en français. Jim Watson a profité de sa rencontre avec Doug Ford, lundi, pour réitérer sa déception dans ce dossier.

Le premier magistrat a indiqué à M. Ford que plusieurs résidents d’Ottawa n’étaient pas contents de la décision de son gouvernement concernant l’annulation du projet de l’Université de l’Ontario français et l’abolition du Commissariat aux services en français qui passe sous la gouverne du bureau de l’ombudsman.

« Je lui ai dit que ce sont des choses importantes pour protéger la langue de Molière ici, non seulement à Ottawa, mais partout en province et au pays », confie le maire.

Le maire Watson a indiqué que le premier ministre s’est engagé à financer la phase 2 du train léger sur rail, une promesse qu’il avait formulée en campagne électorale et après son accession au pouvoir.

« Nous avons besoin de certains papiers légaux signés d’ici le mois de mars et il m’a assuré qu’il ferait le suivi », précise M. Watson.

Le maire a abordé la question des bandes de rues lors de sa rencontre lundi. Il ressort positif de cet échange et affirme que le premier ministre Ford lui a indiqué que l’argent serait disponible d’ici quelques mois, soit près de 8 millions$.

Concernant la vente au détail du cannabis, M. Watson estime que M. Ford fait preuve d’ouverture.

« Il semble penser que c’est une bonne idée de donner plus de pouvoirs aux villes pour protéger les quartiers et choisir les lieux où les magasins pourront se trouver. »