Alors que certains conseillers craignent un impact sur la participation à la vie démocratique, le maire Jim Watson se rallie aux nouvelles mesures de sécurité proposées pour la salle du conseil municipal à l’hôtel de ville d’Ottawa.

Sécurité resserrée à l’hôtel de ville d'Ottawa

Alors que certains conseillers craignent un impact sur la participation à la vie démocratique, le maire Jim Watson se rallie aux nouvelles mesures de sécurité proposées pour la salle du conseil municipal à l’hôtel de ville d’Ottawa.

La Ville a annoncé vendredi que de nouvelles mesures de sécurité seront en vigueur avant les réunions publiques qui se déroulent à la salle du conseil Andrew-S.-Haydon de l’hôtel de ville d’Ottawa.

Les membres du public et des médias devront notamment accéder au vestibule de la salle par l’entrée de la place Jean-Pigott afin que les sacs à main et les sacs à dos soient inspectés par des agents de sécurité. En plus des items généralement interdits pour des raisons de sécurité, « les aliments et boissons provenant de l’extérieur » seront également prohibés, tout comme les mégaphones, les affiches, les bombes aérosol et les piles non scellées.

Plusieurs élus municipaux ont exprimé leur inquiétude au courant du dernier week-end. Le conseiller du quartier Kitchissippi, Jeff Leiper, a notamment indiqué que ces nouvelles mesures risquent d’être une « barrière à la participation démocratique pour plusieurs qui n’ont aucune intention de faire du mal à qui que ce soit ».

« La décision a été prise à la suite d’un rapport du vérificateur général pour apporter un sentiment de sécurité à la salle du conseil. Je ne crois pas qu’un de mes collègues soit un expert en sécurité, je sais que je ne le suis pas, alors je laisse ces décisions entre les mains de ceux qui ont de l’expérience en la matière », réplique le maire Watson.

Ce dernier souligne que des mesures de sécurité similaires sont déjà en vigueur à l’hôtel de ville de Toronto ainsi qu’à Queen’s Park et au parlement du Canada.

« Il faut essayer de planifier l’imprévu. Personne ne s’attendait à ce qu’un aliéné tue un soldat au monument commémoratif de guerre avant de tirer à l’intérieur du parlement. Si nous vivions dans un monde sans violence, on n’aurait pas ce type de mesures de sécurité. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Il faut protéger les gens qui visitent l’hôtel de ville et ceux qui y travaillent », ajoute Jim Watson.

+

OC Transpo : « Il faut embaucher plus de chauffeurs », dit Watson

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, estime que l’embauche en cours de nouveaux chauffeurs réglera les problèmes de fiabilité d’OC Transpo dénoncés publiquement par l’un de ses conducteurs ce week-end.

Chris Grover a qualifié les horaires d’autobus de «fiction» lors d’une entrevue avec l’Ottawa Citizen en raison du manque de temps prévu entre chaque trajet qui, selon lui, fait en sorte que les retards s’accumulent.

«On a des problèmes, certainement, mais il y a plus de 5000 voyages les dimanches, par exemple. Il y a moins de 50 annulations, soutient M. Watson. Je ne connais pas ce chauffeur, je sais qu’il n’a pas travaillé dans les six derniers mois. Il n’a pas vécu la situation actuelle. J’imagine qu’il obtient son information de la part d’autres chauffeurs. C’est la raison pour laquelle il faut embaucher plus de chauffeurs et nous sommes en train de le faire.»