Les élèves de l’école West-Carleton ont rempli plus de 8000 sacs de sable mardi.

Sacs de sable: plateau d'un million dépassé à Ottawa

Plus d’un million de sacs de sable ont été distribués à Ottawa depuis le début de la crue printanière et les bénévoles continuent de se relayer sur le terrain afin de prêter main-forte aux riverains.

Depuis le 19 avril, 10 242 bénévoles se sont enregistrés dans l’un des trois sites, dont plus de 1500, lundi. La tâche principale consiste à remplir des sacs de sable afin d’empêcher l’eau de s’infiltrer dans les maisons et les terrains riverains. En tout, 1 175 500 sacs de sable ont été mis à la disposition des résidents en date de mardi.

À LIRE AUSSI :

>> La région au seuil de la crise humanitaire, dit la mairesse de Pontiac

>> Ottawa-Gatineau: cocktail de précipitations dans la région, mercredi

>> 150 maisons pourraient être évacuées à Constance Bay [VIDÉO]

>> Legault veut une stratégie à long terme sur les inondations

Dans l’ouest de la ville à Dunrobin, les élèves de l’école West-Carleton ont mis de côté leurs livres et crayons pour les remplacer par des pelles et des sacs de sable. Ils ont rempli 11000 sacs mardi. 

Le maire Jim Watson a pris le temps de saluer le travail des bénévoles depuis le début des inondations, mais prévient que le travail n’est pas terminé. « Le pire reste à venir, nous n’avons pas encore atteint le point culminant. Nous allons avoir besoin de plus de bénévoles dans les prochains jours. Je dis merci aux 10 242 bénévoles pour votre bon travail. C’est une expérience formidable de voir des gens de tous les milieux venir prêter main-forte. »

Les militaires, qui sont arrivées vendredi, sont maintenant plus de 700 sur le territoire de la capitale fédérale, soit 300 de plus qu’au départ. Ils sont arrivés dans la région après que le maire ait déclaré l’état d’urgence le 25 avril. 

Les équipes des services d’urgence et de Santé publique Ottawa (SPO) sont sur le terrain afin d’informer les citoyens des dangers et des risques imminents en plus de donner de l’information sur les mesures à prendre. Plus de 600 visites ont été effectuées.

« Les gens sont fatigués et stressés, relate Marie-Claude Turcotte, coordonnatrice des visites pour SPO. Leur priorité est de sauver leur maison et les émotions sont à un haut niveau. On est là pour s’assurer qu’ils sont en sécurité et qu’ils prennent soin d’eux. »

Les infirmières sur place procèdent à une évaluation et dirigent les citoyens vers des ressources ou des services complémentaires comme des lignes de soutien.

« On parle aux gens et on leur demande s’ils ont du support de leur famille ou des amis proches qui peuvent les aider. On s’informe pour connaître les problèmes de santé et déterminer ce qui peut les rendre plus vulnérables. On parle de leur fatigue, de leurs émotions et de leur santé psychologique », explique Mme Turcotte.