Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Malgré les informations inquiétantes dévoilées par le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) mardi, la direction d’OC Transpo se veut rassurante: il n’y a aucun risque pour les passagers de l’O-Train.
Malgré les informations inquiétantes dévoilées par le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) mardi, la direction d’OC Transpo se veut rassurante: il n’y a aucun risque pour les passagers de l’O-Train.

Roues fissurées de l'O-Train: «La sécurité est primordiale», insiste John Manconi

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Malgré les informations inquiétantes dévoilées par le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) mardi, la direction d’OC Transpo se veut rassurante: il n’y a aucun risque pour les passagers de l’O-Train.

«La sécurité est primordiale pour nous. […] C’est Alstom qui a découvert le problème [avec les vis de démontage]. Ils nous ont approchés et une des premières choses qu’ils nous ont dites, c’est qu’ils allaient nous prévenir rapidement s’il fallait immobiliser la flotte de véhicules», a raconté le directeur général d’OC Transpo, John Manconi, à la Commission du transport en commun.

Rappelons que le BST a rendu publique mardi une mise à jour de son enquête sur les fissures découvertes dans les roues de l’O-Train en juillet dernier. Le BST a notamment constaté que des vis de démontage dépassent et empêchent «un bon ajustement avec la surface de contact du moyeu d’essieu».

Le BST a également noté que des fissures pouvaient se former autour des vis de démontage, où elles pourraient difficilement être découvertes puisqu’un câble cache plusieurs de ces vis.

M. Manconi a noté que cette mise à jour du BST date du 4 novembre dernier et que de nombreux ajustements ont été apportés depuis. Environ le tiers des roues problématiques ont déjà été remplacées et les autres continuent de faire l’objet d’inspections quotidiennes.

Le directeur général adjoint d’OC Transpo, Troy Charter, a par exemple indiqué à la Commission mercredi que les câbles qui cachent les vis de démontage — et les fissures qui pourraient les entourer — ont été déplacés «sans impact sur la performance des véhicules».

«On va remplacer toutes les roues sous le train léger. On a fait 13 véhicules et on travaille sur le 14e maintenant», soutient John Manconi.

Ce dernier précise que de l’équipement spécialisé est nécessaire pour procéder à l’ajustement des vis de démontage. Ces outils ont été commandés et lorsqu’ils arriveront, si la roue est en bonne condition, des travaux d’ajustement pourront être réalisés, plutôt que de remplacer complètement la roue.

M. Manconi soutient également que de nombreux experts en sécurité — incluant le BST et un expert indépendant embauché par la Ville d’Ottawa — se consultent sur une base régulière pour évaluer la dangerosité du problème et qu’il n’hésitera pas à interrompre les activités de la Ligne de la Confédération s’il y a un doute sur la sécurité des passagers.

L’achalandage stagne

Depuis le passage au service d’automne, le taux d’achalandage se situe à 28% des niveaux habituels, a souligné mercredi le directeur des systèmes-clients et de la planification du transport en commun d’OC Transpo, Pat Scrimgeour.

Ce dernier souligne que le nombre de passagers était plus élevé à la fin de l’été, mais les restrictions supplémentaires introduites au début du mois d’octobre pour limiter la transmission de la COVID-19 semblent avoir diminué les besoins de mobilité pour une partie de la population.

Durant une mise à jour sur le rendement de la Ligne de la Confédération aux membres de la Commission du transport en commun de la Ville d’Ottawa, M. Charter a notamment annoncé que les travaux pour installer un nouveau système de chauffage sur les aiguillages sont terminés.

Le directeur général adjoint d’OC Transpo a souligné l’ajout d’un système d’alerte qui prévient le transporteur si le chauffage des rails ne fonctionne pas comme il le devrait.

«S’il y a un problème, nous allons demander à RTG de corriger rapidement la situation avant que ça cause des ennuis à nos passagers», soutient Troy Charter.