Pendant la fermeture, les usagers de la route 174 devaient explorer d’importants détours pour se rendre à destination.

Réouverture attendue de la route 174

Les résidents de l’est d’Ottawa auront très bientôt une raison de célébrer alors qu’un important lien routier sera rouvert après plus de quatre ans.

« Tout le monde va être très content. Content, ce n’est probablement pas le mot. Ce n’est pas assez grand pour élaborer tout le stress que le détour a causé et le sentiment quand ça va rouvrir », soutient le conseiller de Cumberland et président du Comité des transports, Stephen Blais.

L’élu parle de l’accès à la route 174 en direction est, à partir de l’autoroute 417 en direction ouest. Ce tronçon est fermé aux automobilistes depuis juin 2015 en raison des travaux pour la construction du train léger.

Cette bretelle d’accès à la route 174 est depuis quatre ans réservée aux autobus et pourra être libérée à compter du 6 octobre lorsque les trajets d’OC Transpo seront modifiés pour mieux intégrer le réseau d’autobus à la Ligne de la Confédération.

M. Blais prévient toutefois les automobilistes de la ville de contenir leur enthousiasme puisque le ministère des Transports de l’Ontario aura besoin de quelques jours pour réaliser des travaux mineurs nécessaires avant la réouverture.

« Ça va ouvrir à peu près une semaine après que tous les changements avec le service d’OC Transpo seront finis. On a eu une rencontre cette semaine avec les représentants du ministère des Transports et ils ont dit que le processus de réouverture va commencer le 7 octobre, explique Stephen Blais. Ce processus va prendre au moins quatre ou cinq jours, tout dépendant s’il pleut ou s’il y a d’autres formes d’intempéries. »

Stephen Blais souligne que les résidents d’Orléans et de Cumberland avaient donc doublement hâte au lancement du train léger, une opinion partagée par son collègue du quartier Orléans, Matthew Luloff.

« Les Orléanais ont été affectés de façon disproportionnée par la fermeture de la bretelle d’accès 417/174. Depuis 4 ans, ils ont fait preuve de patience exemplaire face au détour mis en place », souligne M. Luloff.

Le conseiller de Cumberland parle ni plus ni moins d’un soulagement pour les automobilistes de l’est d’Ottawa, de l’élimination d’une source de stress.

« Si tu l’utilises chaque jour, tu sais que c’est fermé. Si tu l’utilises seulement de façon occasionnelle, tu oublies et rendu à la sortie, tu dois changer de direction très rapidement pour retourner au bon trajet. C’est un inconvénient et c’est un stress. »

Pendant la fermeture, les usagers de la route devaient explorer d’importants détours pour se rendre à destination : par le chemin Innes, accéder à la 174 à partir du chemin Blair, ou bien se rendre jusqu’à la promenade Sir George-Étienne-Cartier.